Groupement de GN - région Rhône-Alpes - Ain
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
L'adresse officielle des Chroniques d'Algaroth est désormais disponible, pour nous contacter envoyez nous un mail à lc.algaroth@gmail.com
Derniers sujets
» L'eveil, Premier Opus: Rörk. Synopsis / Introduction
Jeu 21 Sep - 12:22 par kazuki

» Nouvelle arrivante
Mer 20 Sep - 14:35 par zeuz51

» Bijour, bijour
Mer 20 Sep - 14:31 par zeuz51

» Bonjour, bonsoir, a que coucou c'est mwé
Mer 20 Sep - 14:27 par zeuz51

» Présentation Sarah
Mer 20 Sep - 14:22 par zeuz51

» Bonjour de la Drôme
Mer 20 Sep - 14:19 par zeuz51

» Présentation Naliaa
Mer 20 Sep - 14:17 par zeuz51

» A nyan Kat ?
Mer 20 Sep - 14:14 par zeuz51

» Présentation
Mer 20 Sep - 14:07 par zeuz51

Les posteurs les plus actifs de la semaine
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Sujets similaires

Partagez | 
 

 Comptes rendus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arne
Président
Président
avatar

Messages : 1110
Date d'inscription : 01/09/2012
Age : 21
Localisation : Ain (01)

MessageSujet: Comptes rendus   Mar 1 Sep - 13:10

Bonjour tout le monde, ce sujet est ici pour tout les participants du Gn. Ici, vous êtes tous invités à raconté votre aventure selon le point de vue de votre personnage. Vous raconté l'histoire du Gn selon ce que Vous avez vécu. Nous vous encourageons beaucoup à le faire ^^ Merci à vous!

Ps: Si vous ne savez pas comment vous y prendre, regardez les autres comptes rendu des différents Gn passés, il y a de quoi faire Smile

___________________
Je ne crois que ce que je bois. Je ne bois que ce que je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lcdagn01.lebonforum.com
Teranehm
Trésorière
Trésorière
avatar

Messages : 507
Date d'inscription : 01/09/2012
Age : 21
Localisation : Lyon / Thoiry

MessageSujet: Re: Comptes rendus   Mer 9 Sep - 10:29

  Rapport de Sighild sur les évènements de Sinterbourg
Rédigé par Mön,


Nous sommes arrivés au village voisin sans trop de problème, pas de mauvaise rencontre sur la route, pas d'arrestation part les milices de Falco: on arriva à l'auberge sans embrouilles. Walyän était à Sinterbourg depuis un moment déjà et on y allait pour écouter son rapport, j'envoya donc Fölgum, Warza et Vesperina en éclaireur sur le route le matin même. Le reste des Raulterp et moi sommes partis quelques heures plus tard. La marche fut un peu dure de bon matin, il faut dire que la côte était raide, mais on avait connu bien pire. Le temps était clément, la troupe de bonne humeur, et hormis Kuroky qui s'échauffait à chaque fois que quelqu'un prononçait le mot "orc" (qu'on s'empressait de changer en "arc" ) tout se passa bien. Après 3/4 d'heure de marche, nous nous retrouvâmes en haut de la côte, mais nous n'avions pas encore de vue sur la vallée d'Entrecote. Nous avons continué notre marche pendant une vingtaine de minutes encore, jusqu'à apercevoir les premiers bâtiments du bourg.

  Quelle fut notre surprise lorsqu'on vit les décombres... Les maisons étaient effondrées, brûlées pour la plupart. La fumée ne montait plus, ce qui supposait que ceci s'était passé il y a plusieurs jours déjà. On suspectait déjà quelque chose de louche comme on avait croisé personne sur la route, en plus des camps de bûcherons abandonnés, mais personne ne s'attendaient à ça...  En continuant encore aux abords du bourg, nous ne vîmes aucun signe de vie. Un seul bâtiment semblait resté debout -de peu - et il s'avéra plus tard que c'était le bâtiment des archives de Sinterbourg.

  Nous avons continué notre route jusqu'au point de RDV, et c'est là où nous avons croisez nos trois éclaireurs. Bien sûr il fallut contenir un peu Kuroky (comme d'hab...), mais Fölgum nous apprit qu'il n'avait pas encore vut Walyän. Ils retournèrent aux archives pour aller chercher quelque chose tandis que nous avançions encore pour aller au camp que les éclaireurs avaient commencé à installer. Une fois sur place, nous n'avons trouvé aucune trace présente de Walyän, seul son rapport était là... Ah, son rapport... Toute une histoire, dans tous les sens du terme! Mön commença à le lire et à peine avait il lu le premier paragraphe que j'en prenais plein la figure. Merci pour ces doux mots, Walyän... vraiment. Le rapport dura... longtemps, pour pas grand chose. C'est limite si la troupe ne s'endormit pas (surtout après une telle marche), mais bon ceci nous apprit quand même quelques petites choses: Walyän n'était pas là, le village était détruit et ses habitants avaient disparus. Que d'emmerdes...
 
  Alors qu'on commençait à installer le camp en espèrant que Walyän nous rejoindrait sous peu, un individu que je connaissais bien apparut dans la clairière. Sifrelon, ce gars là je l'avais pas vu en plusieurs années... et la dernière fois que je l'avais quitté c'était sur un moment plutôt gênant. Personne dans le groupe ne savait que je le connaissais, mais ils s'en rendirent compte bien vite. Il me salua et m'apprit qu'il était ici pour voir un collègue mais qu'à son arrivée tout était déjà comme ça. Au passage je lui demandai pourquoi il avait laissé les enfants de l'orphelinat... sa réponse fut brumeuse pour les autres, mais claire pour moi. A ce moment là personne ne savait pour moi dans les Raulterps, à par Mön et Walyän. Lorsque j'ai rencontré Sifrelon, j'ai accidentellement modifié sa.. nature pour la faire devenir comme moi. Sauf qu'il est bien connu que les lycan contaminé sont plus instables que les naturels, ce qui fait qu'à sa première pleine lune... L'orphelinat ne tint pas, tout comme ses occupants. Encore une faute qui se rajoute à mes succès...

  Passons, Sifrelon nous apprit qu'une troupe de Falco "bien sympathique" (comme si c'était possible) était dans les parages. Tout de suite, je suspecta la troupe d'avoir capturé Walyän, c'est pourquoi je pris Mayyk, Fölgüm, Warza et Vesperina avec moi pour aller à leur rencontre, pendant que les autres continuaient de monter le camp. On les croisa prêt des supposées archives, et quelle réactions ils ont eut! J'étais entouré d'un Torak, de deux orcs et d'une elfe sylvestre et le premier truc que leur chef remarqua fut mes glyphes, et jura donc à l'arkhov! Bon sang, il y a bien plus d'arkhov à Falco que de toraks ou orc... et il fallait que je sois la première chose qu'il remarque! Ce sont tous les même, à s'accrocher à leur maudites traditions haineuses et leurs suspicions mal placées... Chacun demanda à l'autre ce qu'il faisait là, la tension était au plus haut mais je n’aperçut pas Walyän dans leurs rangs. Apparemment ils venaient d'arriver et étaient là pour trouvé ce qui s'était passé, un peu comme nous en fait. Une autre fille était là, habillée entièrement en rouge et elle nous incita à partir sur le champs comme quoi l'endroit était sombre.. maudit... m'enfin voilà quoi: on l'a tous ignoré et on aurait peut etre pas dut...  Heureusement nous avons réussit à partir sans conflits, et nous sommes retournés au camp pour mettre les autres au courant. Par la suite le camp se monta rapidement et j'accompagna Gauvin et Mön aux archives pour commencer à enquêter.
 
 Ah, ces archives... Oui c'est ça, soupire Mön ! Un vrai bordel cet endroit, j'avais pas besoin de savoir lire pour comprendre le casse tête que c'était. Bref, les deux on commencé à éplucher les documents (d'ailleurs Mön, encore merci pour avoir allumé l'encens, tu sais bien que je supporte pas ça ...), mais pendant notre passage ici, des cris résonnèrent dans la vallée, au sud du bourg dévasté. Il semblait que les Falcos étaient attaqués, mais bon: ce n'était pas mon problème.

 Lorsque le soleil fut au plus haut, je rentrai au camp pour faire envoyer des vivres à nos grands lecteur, et voir au passage si tout allait bien au camp. Bien sûr, j'arrivai au milieu d'une attaque... Je déposai tout ce que j'avais dans les mains pour sortir hache-bouclier et me préparer à défendre. Les assaillants restèrent cachés dans les fourrées, puis deux d'entre eux se présentèrent à l'entrée du camp. Quelle fut ma surprise de voir un autre loups-garous... et surtout cette femme à la peau noire et aux cheveux rouges écarlate. La surprise la dedans? Elle avait la même odeur que Walyän! Sauf que je ne pouvais pas dire ça à voix haute, ce serait donner des indices sur ... sur ça. Mais Mayyk confirma mes doutes en appelant Walyän, qui lui répondit aussi -bien que sur un ton peu plaisant- et l'appelant par son prénom. Maintenant que j'étais sûre, j'ordonnai la capture de la femme, tandis que je m'occupais du loup. Un vrai rageux celui-là... C'était la première fois que j'avais à affronter un "semblable", et il réussit à me blesser au bras d'un coup de griffe violent. En contrepartie je le renversai avec mon bouclier et l’assommai de ma hache. Je m'empressai de cacher ma blessure pour que personne ne voit la régénération, puis je fit toucher le loup de ma relique: il se retransforma immédiatement. Walyän réussit à prendre la fuite et apparement un troisième individu, habillé comme un Falco, avait rejoins l'assaut ennemi mais il fuit également.

 On traina le lycan au camp: c'était aussi un arkhov, et ces glyphes me firent penser à ceux du clan Vaghars... mon clan, mais je ne manqua pas de remarquer sa glyphe au menton, ce qui faisait de lui un banni, comme Hidan et moi. Vu son caractère un peu... impulsif et poilu, ceci ne m'étonna pas vraiment, après tout je fut bannis pour la même raison.

 Suite à ses émotions nous entamèrent le repas, tentant d'interroger notre prisonnier au passage. Mayyk réussit à lui dégourdir l alangue en l'attirant avec un peu de saucisson. Le jeune homme nous avoua s'appeler Godrik, et il me confirma venir du même clan que moi. Même si il me reconnut (et me demanda pourquoi j'etais pas morte...), je ne put faire de même tellement il avait grandit. Il parlait très peu, encore moins de lui, mais lui savait pour mon défaut de nature comme il avait été présent le jour de ma première transformation. C'est pourquoi je lui demanda de rester discret la dessus comme peu de gens étaient au courant au sein de mon groupe, en échange je le libérerais mais si il venait à nous attaquer une seconde fois, je le renverrais moi même auprès de Fenraël. Il comprit et s'en alla.

 Après ça je montai la garde au camp tandis que des patrouille de reconnaissances furent envoyées un peu partout dans la vallée, et que d'autres retournèrent aux archives pour étudier les documents. Entre temps certains trouvèrent des pierres argentées un peu bizarre, Walyän et l'autre Falco continuaient de nous attaquer sans qu'on puisse les neutraliser, la fille en rouge continuait de nous dire de partir mais nous donna un peu plus d'infos au fur et a mesure. Pour Sifrelon, il faisait des aller-retour d'un camp à l'autre, ce qui 'aida pas les Raulterp à lui accorder leur confiance, malgré mon incitation à le faire. Mayyk croisa aussi une sorte de... dieu? entité..? Je ne sais pas trop, mais il le gâta avec des tartelettes à la fraise qu'il avait trouvé prêt d'une tombe je crois (pas du tout glauque tout ça). Du coup l'après midi passa et nos lecteurs trouvèrent pas mal d'indice sur un certains artefact, celui qui nous avait fait venir au départ, et sur une énigme menant au coffre du seigneur. Pendant que Gauvin continuait sur cette dernière énigme, on réussit à capturer Walyän. Mön se chargea de la guérir avec une pierre que lui avait donné Rouge. Le petage de câble qu'elle a eut quand elle a vu son apparence physique, c'était hilarant. Elle n'arrivait pas à se retransformer bizzarement, du coup elle passa sa frustration sur Mön et moi, ainsi que sur Sifrelon qui était présent. Elle a même commencé à le draguer! J'ai cru que j'allais l'assomer... depuis le temps que j'en rêve.

  Bon, ceci fait on avait récupéré notre ami, mais on ne pouvait pas partir de suite: le coffre était à notre portée et l'artefact n'était pas loin. Durant nos patrouille, nous avons croisé plusieurs lieux rituels qui semblaient avoir un lien avec l'artefact. Mön continua ses recherches en couplant ses trouvailles avec celles des Falco (ce que je n'appréciait guère mais bon...) tandis que j'aidais Gauvin avec ses calculs. Au final il réussit à nous rendre riche en perçant à jour l'énigme, ce qui permit à tous d'avoir une belle petite solde en fin de journée. Entre temps il y eut un malentendu avec les Falco qui promette une potion de sang lycanthropique pour moi et Godrik, et le fait que Mön soigne leur équipier qui était possédé. Comme je m'y attendais, c'était un coup fourré: ils assomèrent Mön juste après le soin du Falco. Je vis ça de loin et je me suis précipité sur eux, un peu plus et je les étripais à coup de griffe, sachant que les seuls présents de mon groupe étaient déjà au courant pour moi. M'enfin tout se régla sans trop de problème, nous sommes donc rentré au camp pour manger et commencer les tours de gardes... et de construire nos super barricades!

   A peine le soleil couché, ma tête commençait déjà à me faire mal... Le genre de migraine que je me tapais à l'époque où je changeais de forme chaque nuit ou pour chaque petite colère. Je le dis à Mön pour le prévenir au cas où ça tourne mal, puis je pris comme prétexte que j'allais attaché Godrik en forêt le temps de la pleine lune et que j'allais le surveiller. Le problème est qu'un fois la pleine lune régnant sur la vallée, je vis Godrik se transformer sous mes yeux, puis ma tête s'embruma. La relique faisait toujours effet, c'est pourquoi je pus lutter quelques minutes, mais je quelques chose m'empêchais de garder le contrôle. Je n'eus le temps que de voir un autre loup - surement Sifrelon- rejoindre Godrik avant de perdre  conscience.

 La suite fut très vague... Je me rappelle avoir courut, les cris de rage des Raulterp, les hurlements des loups.. mes hurlements. Alors que d'ordinaire je n'avait aucun problème pour empêcher la transformation grâce à la relique, cette fois je ne put iren faire, et je commençais à attaquer ceux qui m'étaient chers. La plus grande peur qui régnait en moi était en train de se réaliser. Heureusement, alors que j'allais me battre à mort contre Mayyk, je réussis à profiter d'une petite faille sur cette emprise maléfique qui avait forcé ma transformation. Le temps que je lutte intérieurement contre mes instincts, Mön m'assomma (et empêcha, au passage, Mayyk de me tuer:: merci...).

 Les prochaines minutes furent très pénibles. Je me suis retrouvée attachée au milieu du camp, chaque bride de conscience n'étant là que pour lutter contre cette emprise maudite. C'est à peine si je pouvais m'empêche de sauter sur le premier vivant venu pour lui arracher la gorge "tue", "sang"... ces mots qui tournaient en boucle dans ma tête. Lançant quelques brides de mots pour tenter d'expliquer aux autres ce qui m'arrivait, j'étais assommé toutes les 2 minutes par Mayyk. Heureusement j'ai envie de dire... mais bon il aurait put y aller moins fort. Sans ma régénération, je serais déjà morte de trauma crânien. Au bout de quelques temps ils trouvèrent la potion que l'alchimiste Falco m'avait fait. Ils me la firent boire, cet affreux breuvage, mais ceci ne me permis pas de me soigner, mais au moins de reprendre conscience.

 La tête toujours embrumée, et toujours sous forme lycan, je m'écarta du camps le temps de la nuit pour éviter un nouveau problème. Ce n'est que le lendemain que je revins, avec une gueule de bois qui ne m'avait pas manqué. Je dus expliquer ces derniers événements au groupe mais ils furent incroyablement compréhensifs ( je m'attendais a pire, vraiment): je vous aime, les gens!

  La suite de la journée fut basée sur une diplomatie tendue avec les Falcos, la recherche de l'artefact par le biais de l'énigme aux runes... L'entité du hasard nous aida dans cette entreprise car apparemment il ne pouvait rentrer chez lui tant que l'artefact était là. Rouge était de plus en plus bizarre, les tensions de plus en plus haute entre les deux groupes (bien qu'aux archives la coopération fut efficace), et surtout, le pire du pire!! Walyän trouva enfin son grand amour; un falco!! Il a fallut que son âme soeur soit un falco alcoolique et bourrin! Enfin, il le semblait moins quand il prenait Walyän dans ses bras, mais la surprise me fit frôler l'arret cardiaque.

  En milieu de journée, l'énigme fut trouvée et résolue! Les deux groupes, en compagnie de notre dieu en noir, se dirigèrent vers l'endroit où se trouvait Argantaël, le fameux bracelet maudit. On le trouva après un peu de recherche, mais je n'osa m'en approcher. L'aura sombre te pervertit de cet objet était en tout point semblable à celle qui m'avait forcée à me changer l'autre soir. J'avertis Mön de lâcher le bracelet, mais bon... comme si il allait écouter qui que ce soit quand il s'agit d'artefact.    

  Au final le bracelet fut remis à l'entité par une falco qui, comme deux de nos membres, avaient reçu la marque de tempérance. Le dieu disparu, content, et s'en alla avec le bracelet. C'est à ce moment là que Gauvin assomma le broceliand qu'il voulait tuer... mais il ne put l'achever, trop dur pour lu. Moi j'assommai cet inquisiteur qui poursuivait les bêtes maléfiques, et comme j'en étais une, si je puis dire, je préférais ne pas prendre de risque... Personne ne comprit vraiment ce qui se passait jusqu'à ce que Rouge pête un cable et berserk des gens de façon hasardeuse avec les derniers relents de magie que le bracelet lui avait donné. Tout ceci s'arreta vite puis elle fut neutraliser. Beaucoup voulurent l'achever, personnellement j'étais contre. Le bracelet n'était plus là, sa possession non plus: elle pouvait enfin vivre normalement, mais l'inquisiteur tenta de l'abattre. Je me précipita vers lui et le menaça de mes griffes sous sa gorge, jusqu'à ce que Walyän l'endormit. Pendant que je tournais la tête, un des falcos l'abattit malgré tout. Encore une innocente de tuée...

  Avant que la tension ne monte d'un cran j'incitai les Raulterp à me suivre. Le camp était déjà défait, il nous fallait partir au plus vite car depuis ce jour, nous sommes recherché à Falco. Nous avons donc fuit de cette vallée, avec deux nouveau membres depuis: Godrik, et Grunlayk, qui préféra suivre son aimée plutôt que de rester dans l'armée. Voilà comment se finit cette mission.

 Pour le moment nous sommes encore à Falco, prêt de la frontière. Notre prochaine déstination est Ferul mais je vais d'abord accompagné Khammir et Mayyk aux plaine sud de Falco. Ils veulent faire un tour là bas et ils n'nt aucune chance de s'y retrouver sans l'aide d'un arkhov. J'espère juste que tout se passera bien, et qu'on reviendra sans encombres.
 

___________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kanioka
Initié
Initié
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 31/03/2014
Age : 22
Localisation : Lyon

MessageSujet: Re: Comptes rendus   Lun 28 Sep - 6:04

J'aime bien comme y a que toi qui a posté quelque chose et que c'est hyper long Laughing
Bref voilà enfin: la véritable histoire d'Aliénor, aka Rouge.




Histoire écrite par le nouveau scribe de Sinterbourg d'après les récits des conteurs de la région.
Faits non vérifiés



Tout homme vicié doit mourir, les autres doivent prouver leur valeur. Voilà comment les conteurs commencent l'histoire d'Aliéner Eowyn de Sinterbourg, aussi surnommé Rouge.


   

"Il était une fois dans un petit village isolé au milieu des bois, une petite fille un peu différente des autres enfants du village de Sinterbourg. En effet, depuis qu’elle était née, Aliénor avait la pointe  des cheveux blanche. On avait beau les couper, le lendemain les pointes étaient redevenues blanches. Des rumeurs circulèrent comme quoi cette particularité représentait le prix de l’immortalité. La petite Aliénor était crainte et rejetée par les villageois. Cependant, une simple petite fille d’une si gentille famille ne représentait pas une menace, pour le moment.

Les parents d’Aliénor étaient bucherons dans le village. Un jour son père tomba sur un bracelet de cuir étrange en fouillant la forêt. Le lieu où il avait trouvé l’objet était en fait un lieu sacré des premiers hommes où reposait un héro ainsi que son dragon. Le bucheron décida de le porter pour lui porter chance et ne pas être blessé durant son travail. Ainsi sa famille pourrait compter sur lui.

Un jour un groupe de soldat Falco croisa le père de la famille dans la forêt. C’était pendant l’appropriation des terres de Fénice par les Falco. Le village de Sinterbourg s’était montré pacifique pour ne pas avoir de problème. Cependant la récente défaite des fénicés était amer. Ces soldats avaient été séparés du reste de leur troupe et erraient depuis longtemps dans la forêt, désespérés par la guerre qu’ils avaient vécue. Les soldats demandèrent au père si celui-ci acceptait de les loger et nourrir jusqu’à ce qu’une troupe passe par le village. Mais le père d’Aliénor n’avait aucune confiance en des soldats ennemis et craignait pour la sureté de sa famille. Aussi, il refusa de les aider et voulut les diriger vers le seigneur de la région. Les soldats à bout de force commencèrent à s’échauffer et à reprocher le manque de soumission du bucheron. Un des soldats lui arracha alors sa hache des mains et commença à le menacer, le père continua de rejeter leur autorité.  L’homme qui avait pris la hache lui asséna un coup dans la jambe qui mit le père à genoux devant eux. Finalement le groupe, dans un élan  de folie, le lyncha jusqu'à la mort. Ils eurent du mal à en venir à bout car le bracelet au bras du bûcheron ne cessa d'émettre des lueurs dorées qui le protégeait. A la fin le bracelet était rouge de sang et la troupe le ramassa pour voir de quoi il s'agissait.
La petite fille qui était allé chercher des branches pour faire des fagots vit la scène en revenant vers son père et cria en voyant son état malgré le bracelet qui était censé le protéger. Le bracelet se mit alors a brillé d'une lueur rouge. Une ombre de cendre s’apparentant à un dragon sortit du bracelet et fondit sur la personne qui le tenait. Celle-ci tomba à terre de douleur. Lorsqu'elle reprit son souffle, ses yeux avaient changé et elle adopta une position agressive. Un de ses compagnons se pencha pour l'aider et vit sa gorge tranchée. Tous reculèrent tandis que l'homme énervé se relevait et se jetait sur eux. Il s'ensuivit une scène violente où tout le groupe se fit déchiqueter par l'homme agressif. Une fois le massacre finit, l'homme se tourna vers la petite fille terrifiée, s'agenouilla devant elle et se trancha la gorge à ses pieds.
Tétanisée de peur et ne pouvant émettre le moindre son, la petite fille prit le bracelet et l'enroula dans sa cape avant de courir chez elle.

Après la nouvelle de la mort du bucheron, sa mère tomba malade de tristesse. Grâce au bracelet elle n'envisageait pas que cela puisse arriver un jour. La petite fille se garda bien de lui dire qu'elle avait toujours le bracelet dans un coffre sous son lit.

Un jour alors que ses amis étaient venus jouer chez elle, un d'eux trouva le coffre et s'amusa à mettre le bracelet d'un rouge frappant. La fille commença à crier sur ses amis qu'ils ne respectaient rien mais trop tard. Le garçon commença à s'attaquer à ses camarades. Aucun ne mourra mais ils furent gravement blessés et le garçon qui les avait attaqués avait disparu à jamais. Tout le village y compris sa mère commença à se méfier et à s'écarter de la petite fille la qualifiant de maléfique et de damnée. Certains disaient même qu'elle était à l'origine de la mort de son père. La mère ne supportant plus la vue de cet enfant maudit et cause de souffrance la maltraitait et la traitait de bonne à rien tandis que malgré son jeune âge, Aliénor soignait sa mère comme elle pouvait. Un jour sa mère craqua et la jeta dehors lui disant  de ne plus jamais revenir. Quelques semaines plus tard, la mère fut retrouvée pendue. La pauvre femme n’avait plus la volonté de vivre avec la maladie ou bien était remplie de regrets. Cet acte soudain surprit l’ensemble du village qui pensait que la femme irait mieux sans la présence de sa fille. Personne n’aurait pu prévoir qu’il lui restait assez de force pour se pendre…

L'histoire fut peu à peu oubliée mais un bandit fouineur trouva la cachette du bracelet et devint fou à son tour. Aliénor se trouva forcée d'aller mettre le nouveau seigneur Rodoh en garde mais fut faite prisonnière par les villageois qui l'accusaient une fois de plus. Tandis qu’Aliénor était enchainée dans un cachot, le seigneur partit à la recherche de ce mystérieux bracelet espérant qu’il lui assurerait richesse et respect. En l’absence du seigneur, les villageois prirent d’assaut le château en vue de s’occuper du cas d’Aliénor une fois pour toute. Alors qu'ils allaient la brûler au bûcher, Aliénor sentie une grande force de vengeance émaner d'elle. Le feu pris la forme d’un dragon et se dirigea vers les villageois qui paniquèrent quand soudain, deux monstres mi-hommes, mi- bêtes arrivèrent et commencèrent à tuer tous les villageois.
Pendant le carnage, la fillette, dont les liens avaient brulé, s'enfuit dans la forêt en pleurant qu'elle était surement vraiment maudite. Une ombre de dragon s’enroula autour d’elle et d’une voix grave lui chuchota à l’oreille que ce n'était pas elle mais les hommes qui étaient maudits pour leurs vices. Elle se vit confier une mission et des pouvoirs par cette étrange puissance extérieure. Ce sera aux hommes, par leur choix, de montrer s'ils sont dignes de vivre et d'acquérir la puissance de protéger leurs amis ou si leur égoïsme doit les condamner à mourir."



La suite des faits reste un mystère. Il est plus possible de penser qu'un feu accidentel a détruit le village et que ceux qui ne sont pas morts ont fui le village. Aujourd'hui quelques pèlerins se sont installés sur les vestiges du villages. Des garnisons Falco passent régulièrement contrôler la situation. Quant à moi j'ai la lourde tâche de parcourir les archives. Tâche peu aisé vu que la moitié des papiers ont disparus, sont déchirés ou bien incompréhensibles. A ce jour, la jeune fille rouge n'a pas été aperçu et aucun incident à caractère étrange est apparu. Je prend donc la responsabilité de clore l'affaire de Sinterbourg et déclare Aliéner Eowyn décédé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
orchideus
Membres actifs
Membres actifs
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 14/07/2013
Age : 21
Localisation : Sergy

MessageSujet: Re: Comptes rendus   Lun 28 Sep - 20:17

Voici mon compte rendus. Je m'excuse d'avance pour les nombreuses fautes ainsi que les incompréhensions.

Compte rendus de Godrick (fait par....personne)

Sous forme de lycan partie 1 : (les parties lycans sont difficile à comprendre car ils sont perçus par le loup.)

Groarrrrrr (oui je commence comme ça et alors !!! ); suivre femme; rechercher quelque chose; préferais croquer morceau.
Grange; sent pas bon; truc qui froisse partout; objet fait peur; présence; partir.
Autre personne; grande; bave rouge;
Manger humains; heure du repas; miam; pas la truffe; kye kye.
Encore faim; sent odeurs bizarres......

Sous forme humaine part 1 :

Je me réveil en ayant l'impression d'avoir but pendant deux jours. La tete chavirante, je me rendiscompte que je ne suis pas seul. Deux orcs, deux elfes, des humains et un..... chat !! C'est ça qui sent si mauvais !!! Persuadé qu'il me veulent du mal, je me réfugie derrière une tente. Pas facile de se déplacer avec des menottes ! Le chat essaye de me faire parler avec du saucisson. Il me prend pour un chien ou quoi ?! Mais bon, j'ai tellement faim.
6 saucissons plus tard, la chef de leur groupe m'interroge. Elle se révèle etre Sighid, une femme venant du meme clan que moi, bannis il y a quelques années de cela pour les meme raisons que moi. Elle me libère en me faisant promettre de ne pas dévoiler sa nature aux membre de son groupe. Récuperant mes armes dans les restes du village, je décidat de rester avec le groupe disparatre, Sighid étant ma meilleur chance de vaincre ma malédiction.
Après lui avoir juré allégence, je suivais Sighid dans ses déplacements, n'écoutant que ses ordres. J'ai aidé le camps à se défendre contre deux personnages, l'un ressemblant à un falco et l'autre une femme à la peau noire et aux yeux rouges feu. Peu après on réussit à capturer la femme, qui etait connue du reste du groupe. Elle s'appellait Walyan et était une fulufaah. Une personne bizarre, elle s'énerve et rigole pour rien, bon bref passons. Sighid négocia ensuite avec une alchimiste falco afin de soigner notre malédiction. On réussit meme à trouver un trésort !!! Alors que le soir tombait, ma tete commencait à tourner....

Sous forme de lycan partie 2 :

Faim; chaire fraiche; attaque... (vous voyez quoi )

Sous forme humaine partie 2 :

Le lendemain, je me réveillais encore avec la gueule de bois, décidement !!! J'appris que le camp avait été attaqué.... j'ai encore du faire des siennes.... foutus malédiction!!!!
Après de nombreuses entrevues et tensions entre les Falcos et notre groupe, on réussit à trouver ce qui entrainait tout ce grabuge. C'était un bracelet maléfique qui rendait fou tous ceux qui le touchait qui appartenait à un.... spectre/dieu ? Après de nombreuses berserkifications, on réussit à nous débarrasser de l'objet. Et notre groupe s'enfuyat, les Falcos se souvenant que notre groupe était recherché par les autorités.
Après ces évènements, je continuais à suivre Sighid dans ces aventures, vers le sud de Falco.

___________________
“La seule chose que l'on puisse décider est quoi faire du temps qui nous est imparti.”

J. R. R. Tolkien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zeuz51

avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 01/09/2015
Age : 22

MessageSujet: Re: Comptes rendus   Mar 29 Sep - 12:01

Dit donc il sent et passer des truck
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arne
Président
Président
avatar

Messages : 1110
Date d'inscription : 01/09/2012
Age : 21
Localisation : Ain (01)

MessageSujet: Re: Comptes rendus   Jeu 1 Oct - 21:59

Faire mon rapport qu’elle me dit, il faut que quelqu’un le fasse pour moi. Mais et moi alors? Moi aussi j’ai besoin de faire le mien, et ça devient de plus en plus difficile avec le temps. Avec toutes ses histoires, et ma mémoire qui flanche… bref… Comment commencer?

Nous sommes partis en matinée tous ensemble. Les orcs étaient partis plus tôt, en éclairage… J’avais peur de l’état du village une fois arrivé. La montée fut calme et un peu fatiguante, peu de personne discutait mais la bonne ambiance ne manquait pas. Comme toujours Sighild me fit des remarques à propos de ma mémoire… Ce n’est pas ma faute si j’oublis où nous allons… En plus, c’est elle qui a oublié mon combat contre le golem de glace… Je vous jure que c’est moi qui l’avait tué...

Une fois arrivé, nos rires et plaisanteries s’étouffèrent face à la scène. Une catastrophe venait de faire tomber le village dans les ténèbres et la ruine. Tout était détruit et plus aucune âme vivante ne semblait être présente en ces lieux lugubres. Après une longue observation de la zone, nous avons continué notre chemin, longeant les restes du village, afin de retrouver Walyan au point de rendez-vous, et peut-être aussi les orcs, s’ils étaient encore en vie. Je ne pouvais m’empêcher de me demander si les orcs n’étaient pas impliqués dans ce désastre, il s’avère que j’avais bien tort.

Nous arrivâmes au point de rendez-vous comme convenu. Nous y trouvèrent les orcs, ayant planté leur camp ici. Nous nous hâtâmes pour aller à leur rencontre. Apparement, ils n’ont rien vu. Le désastre avait déjà eu lieu avant leur arrivée. Et Walyan? Introuvable? Non…? C’est pas vrai… Une recherche fut mise en place. Sighild trouva alors son carnet, et me voilà parti à le lire, Ô joie. Sighild m’interrompit dans ma lecture, elle voulait que je le lise à voix haute. C’est une blague?! Ma main tremble alors que je tourne la première page. Je tente de contenir mon angoisse à l’idée de devoir prononcer ses mots, mais je me lance. En résumé? Hormis le sarcasme et les critiques à notre égards, ses nouvelles aventures amoureuses, et les plaintes. Il n’y avait pas grand chose à retenir.

Apparement une jeune fille semblait être le bouc émissaire du village, accusée de sorcellerie. Le peuple semblait vouloir s’en prendre à elle, de plus le seigneur semblait spécial… et la garde très prudente et présente. Finalement le carnet se finit, Walyan semble être allée sauver la fillette qui était sur le point de se faire tuer… Je referme le livre, blasé du peu d’information et sur la profusion d’inutilité. Mais bon, à force je commence à avoir l’habitude.

Du coup, très vite nous décidons de nous mettre au travail, ce magnifique champ était parfait pour faire le camp. Le terrain était comme fauché à la perfection. Peut être qu’une âme charitable l’avait fait avant le désastre… Tous se mirent alors au travail, certains à ramasser du bois pour le feu, d’autres à monter les tentes. Très vite le camp était fait, et je ne sais pourquoi, mais ma tente fut envahit du bordel d’autrui, apparement ils avaient compris que c’était la tente de commandement, mais je ne vois toujours pas le rapport.

Un individu arriva alors, un ménestrel semblait-il au vu de son accoutrement et de son instrument. Sigh s’exclama alors à sa vue : « Sifrelon! »
Sifrelon? Elle le connaissait? Et les voilà alors parti dans une longue discussion, sans que personne ne comprenne ce qu’il se passait. Il s’avérèrent alors qu’ils étaient de vieilles connaissances, et qu’il était de passage, censé retrouver une personne… Cependant, le voilà au même point que nous. Rapidement, des groupes furent formés. Certains restaient pour garder le camp tandis que d’autres partaient en exploration. Sigh, Gauvin, Sifrelon et moi partîmes vers la salle d’archive, apparement encore en état… Peut-être que des informations pourraient nous aider…

Une fois arrivé, nous fûmes surpris de voir la quantité de papier dans des coffres… Sans trop attendre, Gauvin et moi nous mîmes au travail, intrigué par tout cela. Sigh resta parmi nous un moment en compagnie de Sifrelon, avant de fuir l’encens que j’avais mis pour détendre l’atmosphère. Nous sommes donc resté là plusieurs heures à chercher… Très vite je tombais sur des papiers à décrypter. Apparement un homme (dont j’ai oublié le nom) avait fait plusieurs recherches, ses notes étaient écrites en ancien Fénicéen. Le décryptage était long, Gauvin quand à lui essayait d’avoir plus d’informations. Apparement le seigneur du village, Ordho, fut assassiné. Et le village semblait avoir des partisans pro fénicé. Des règlements de comptes semblaient assez fréquent, et la garde ne semblait pas trop intervenir, laissant souvent les pro fénicé se faire massacrer. Nous trouvâmes alors des papiers concernant notre groupe, Walyan était espionnée, et les gardes semblaient au courant de notre arrivée, un papier les mettaient en garde. Nous avons alors caché les papiers, redoutant que d’autres personnes tombent dessus.
Une sorte de malédiction semblait avoir prit le village et ses alentours, apparement, des monstres descendraient de la montagne, la petite fille semble être accusée…

Cette homme, que je m’efforce de décrypter, apparement, il aurait réussi à trouver une pierre permettant de soigner le mal qui se terre ici, mais la formule ne m’est toujours pas accessible. Et l’emplacement de la pierre non plus. Mais, nous n’avons pas le temps de vraiment chercher plus, la garde Falco débarque! Soudain, une dizaine d’individus entrèrent dans la baraque en ruine, armés jusqu’au dent. Nous n’avions aucune chance en cas d’attaque. Gauvin semblait très nerveux. Cependant je gardais mon calme. Ils ne savent pas qui nous sommes, et je n’ai rien à me reprocher, je ne les crains pas. Les craindre et être sur la défensive ne peut que nous amener des ennuis. Très vite ils nous posèrent des questions, très intrigués par notre venue. Ils avaient peur que nous soyons des pillards ou des mercenaires. Je les rassurai en leur montrant nos travaux et en leur donnant nos piste, autant s’entraider, nous ne sommes pas vraiment ennemi. Il est vrai que j’étais recherché jadis à Falco, mais depuis le temps, ils ont dû oublié….. Très vite ils s’installèrent et se mirent aux recherche, tandis que je restais au décryptage et Gauvin au tri des informations. Ils vint alors m’aider, je commençais à fatiguer… Nos camarades arrivèrent alors nous amener le repas du midi. Ce fut avec soulagement que nous fîmes une pause.

Le groupe Falco ne semblait pas mauvais. Le chef était même sympathique. Certains étaient méfiant, mais l’écuyer de leur leader, l’alchimiste et l’inquisiteur ont été très coopératifs.
Apparement ils s’étaient fait attaquer juste avant par un homme ainsi qu’une femme au cheveux rouge feu. D’ailleurs, la même description était inscrite sur certains papier. Pourtant, bien qu’elle avait le même médaillon que nous, j’étais certains de ne pas la connaître.
Gauvin et moi avons alors discuté, à l’abri des regards et oreilles Falco. Il semblait vraiment inquiet, de plus, ils allaient surement tomber sur le papier nous concernant. Alors, j’ai très rapidement recopier la page de décryptage et nous partîmes sans plus de ménagement.

Alors que nous parlions sur le chemin du retour, des coups de cornes retentirent, notre camp avait un problème. Nous courrons alors, une fois arrivé, nous apprenons que le groupe a essuyé une attaque… Les soins étaient déjà faits, tout allait mieux, hormis une chose. Sigh m’apprend que Walyan est des leurs, et que cette femme au cheveux rouge, c’est elle. Elle ne semble pas être elle-même, comme possédée. Nous nous remettons alors, nous nous posons et nous discutons de nos découverte au groupe. Je me dis alors que la pierre pourrait surement aider. Sans compter du trésor du village qui semble caché dans la forêt… Je sors mes notes, mais l’encre à couler, il faudra retourner aux archives, alors que les Falco ont surement vu les papiers nous concernant…

Je prépare mes affaires, mais quelque chose me titille, Je regarde autour de moi, et je vois Khamirr faire la même chose. Nous comprenons vite, il y a quelque chose de magique dans les parages… Nous nous aventurons dans la forêt, et au bout d’un moment, Khamirr trouve une stèle avec un étrange symbole, aucune idée de son sens. Mais nous décidons de le noter sur la carte. On ne sait jamais.
À notre retour, Gaudrik nous a rejoint… Un arkhov lui aussi, il connait Sigh et a apparement des problèmes de lycanthropie également… Il semble très distant, comme s’il ne me remettait pas, moi-même j’eu beaucoup de mal à le reconnaître, cela faisait bien trop longtemps…

Mais treve de retrouvailles, il fallait absolument que je récupère les notes pour décrypter les feuilles, je retournai alors accompagné de Néranor recopier le parchemin. Sur le chemin nous croisâmes les orcs qui, apparement, avaient dit que Walyan et le second individus se dirigeait vers notre camps, ils allaient les prévenir. Au moins, nous étions sûr de n’avoir aucun problème sur le chemin. Le trajet fut très calme, jusqu’au moment où nous avons rejoint les archives… Le soleil tapait déjà fort et nous éblouissait, ainsi, lorsque nous posèrent le pied dans la baraque, quelle ne fut pas notre surprise lorsque nous vîmes Walyan, pleins de feuilles dans les mains, nous regarder d’un air froid de ses yeux flamboyant. Un léger cri d’effroi se fit entendre dans notre duo. Les deux individus nous regardèrent ainsi quelques secondes, sans rien dire. L’endroit était à sac, les papiers en vrac un peu partout… Le véritable bordel. Alors Walyan nous parla. Elle nous dis de déguerpir au plus vite. Mais Neranor et moi-même sommes entêté. Nous avons résisté. Elle s’est alors approché et à repousser Neranor de sa magie.

Nous nous sommes écarté, au cas où elle sortirait les armes. Mais elle se contenta de rentrer à nouveau. Après quelque seconde, nous entrèrent à nouveau. « S’il vous plait, nous avons vraiment besoin de ce papier ». Elle n’en avait cure, nous leur avons donc expliquer que nous avions besoin de recopier à nouveau ce papier en insistant. Je la vis alors prendre un papier dans les mains, j’étais sûr alors que c’était celui que nous cherchions... « Déguerpissez! », et là, Nous eûmes une idée. Bien que Walyan semblait changée, elle n’en restait pas moins, elle même. Alors : « S’il vous plait aidez-nous, notre feuille est trop moche, on ne peut pas la laisser comme ça, c’est indigne de la beauté de ce monde ». Touché, Walyan regagna sa voix d’avant, « Ho d’accord, comme je vous comprend! Venez venez! Entrez et faite ce que vous avez à faire, moi non plus je n’aime pas quand c’est moche… »

Nous entrâmes alors parmi eux, une tension incroyable régnait ici et aucun de nous deux ne voulait s’y attarder. Nous avons retourner la salle sans dessus dessous. Aucun trace du papier… Après plusieurs minutes, j’étais sûr et certains qu’elle l’avait. Je tentai alors de lui demander ce qu’elle avait dans se mains. Elle me dit sèchement que cela ne me regardais pas…. Je compris qu’il valait mieux ne pas insister. Ensuite je leur demandait le but de leur venue ici. Pareil, aucune réponse. J’allais aborder le sujet du changement de ses cheveux lorsqu’elle s’énerva. Ils nous mirent dehors. Je n’avais pas le papier, mais je savais qu’elle l’avait…

Après cela je fus rappeler. On avait trouver une pierre et il fallait que je l’observe. De plus, d’autres symboles avaient été repérés sur les lieux, je devais alors aller les observer et les reconnaitre. Je laissai alors le décryptage à Gauvin qui dû se débrouiller. La pierre m’était inconnue, mais je sentais son pouvoir. Je me dis que c’était surement la pierre qui était inscrites dans plusieurs parchemins, pouvant guérir le mal. J’allai alors chercher plus d’informations. Sighild vint à moi, je lui avais parlé du groupe Falco étant donné que j’avais bien discuté avec eux, elle voulait que je parle à l’alchimiste, voir si elle avait de quoi calmé les transformations…. Pour Godrik apparement.

Je lui dis que je ferais comme je pourrais, je ne savais pas quand j’allais la recroiser. Gauvin devait aller trouver la formule, mais également le coffre. Il tenait une piste fiable. Soudain, la jeune fille, Rouge, dont parle les écrits je présume, vint me voir. Elle voulait que je résolve une énigme… Il fallait que je trouve 3 type de plante selon plusieurs énigmes métaphoriques. Ce fut assez simple, bien qu’une plante était très piquante, avec de grosses racines. Mayyk dû m’aider pour cette tâche. Nous avons alors croisé un… spectre…?
Il semblait rechercher plusieurs choses et semblaient insatisfait, en colère… Mayyk lui donna des indications comme quoi ce qu’il cherchait était à notre camp… Puis il m’accompagna ensuite vers une stèle proche du camp Falco. Nous avons très vite vu qu’il ne nous avait pas vu… Je me demandais s’ils gardaient leur camp. Nous les entendions parler. Apparement certains avaient trouver le camp de Walyan et de son acolyte, et ils avaient volés leurs réserves d’eau… Je ne pu m’empêcher de me dire que leur plan était diabolique… Mais après tout, à l’armée, il n’y a pas de quartier.

Nous sommes alors revenu, nous avons alors croisé les orcs qui voulaient aller frapper les Falco, je ne sais plus s’ils l’ont fait. Une fois revenu, Rouge était introuvable. J’en profitait alors pour voir où Gauvin en était. Il était aux archives avec l’écuyer du chef Falco. Ils semblaient bien s’entendre et avancer rapidement, mieux que moi avec ma mémoire… Enfin bref.  Le décryptage était quasiment finit. Gauvin me dit à part que l’emplacement du coffre était faux, et qu’il recommençait les recherches discrètement. Tout se passait pour le mieux alors… Je trouvai alors Rouge qui me donna une Labradorite en récompense. Mais elle était spéciale… (de Madagascar déjà, c’est pas rien) Je sentais qu’une force inconnue vivait en elle, exactement comme la seconde pierre… Ainsi nous avions trouvé les deux… Sigh prévu alors de conclure un marché avec les Falco. La pierre contre la potion de l’alchimiste. Elle se chargea de transmettre le message.

Vint ensuite une nouvelle attaque (parmi tant d’autres que je n’ai pas cité, car je n’y ai pas assisté). Saut que cette fois-ci, Walyan fut capturée! Je me précipitais à travers les bois pour les rejoindre. Elle était là, gisant au sol, assumée et blessée. Premier réflexe, Je m’assurai qu’elle ne pouvait plus m’atteindre en lui mettant les fer. On ne sait jamais hein. Ensuite, il fallait que je rejoigne au plus vite Gauvin.
Je devais préparer la pierre pendant dix minutes, et aussi que les autres aient terminé la retranscription. Je courrai alors à travers bois et fourré pour les retrouver. Une fois fais, je me mis directement à la tâche. Je me mis à l’entrée dans un coin, allumant des encens et je me concentrai sur la purification de la pierre.

Neranor me montra plusieurs plans superposable sur la carte, c’était assez intriguant… Surement que nous trouverons une utilité plus tard… Une fois tout fait. Je retournai voir Sighild et Walyan.
Je commençai sans attendre le rituel. Au bout d’un moment, elle revint à elle. Elle se releva, étonnée de nous voir, juste avant d’exploser de colère.

« Qu’est-ce que tu fous au dessus de moi comme ça?! Et Qu’est-ce que je fou par terre dans cette merde?! Et… ET JE SUIS ENCHAÎNÉE?! » Et autres plaintes dont elle ne semblait pas vouloir entendre les raisons. Et puis elle vit Sifrelon. Elle le menaça d’abord, disant qu’il n’avait rien à foutre là. Puis, elle commença à user de ses charmes, largement intéressée. Mais finalement les dieux semblaient contre leur union, et ils se séparèrent, le coeur serré.
Après cela, nous nous mîmes en route pour le camp. Jusqu’à ce qu’elle découvre ses cheveux et sa peau noire. Elle tomba à la renverse, en sanglot. Mayyk vint la réconforter. Elle se calma au bout d’un moment, jusqu’à ce qu’elle recouvre sa forme d’autant.
De mon coté, j’étais envahit de questions de toute part. Sigh me disait que je devais aller soigner l’individu du coté Falco, apparement ils l’avaient capturé eux aussi. Je voulais bien y aller, mais nous discutions de choses très importante avec les autres.

Finalement, c’est l’alchimiste suivie de l’écuyère qui vinrent à nous, dans notre camp. Comme si elles ne l’avaient même pas cherchée… Ainsi nous étions débusqués… Il fallait maintenant réfléchir à une méthode de défense au cas ou. Mais bon. L’alchimiste donna sa potion, en contrepartie je partis avec elles. Sigh voulait que je sois accompagnée d’un membre, mais j’y allai seul, pas besoin d’allié. Nous descendîmes au camp, Je fus accueilli à bras ouvert. J’avais vraiment la cote avec eux. Ils me nommaient l’érudit, ça me faisait beaucoup rire… Sans plus attendre je me commençais le rituel. J’avais besoin d’aide. Certains m’aidèrent à tracer le cercle autour de lui et, pendant que j’utilisai la pierre, quelqu’un récitait les paroles décryptées. J’étais épuisé et ne pouvait plus trop faire les deux en même temps. Au bout d’un moment, il revint à lui. Tous furent alors soulagé, apparement, c’est un vétéran du camp, assez apprécié. Tout était bien qui finissait bien.

En fait non. Voilà que je me retrouve assommé par l’un des leurs.
Apparement je représentais une menace et il voulait me poser des questions, je ne sais quoi. Gauvin arriva alors. Mais ne fit rien, la tension arriva. Surtout lorsque Sighild vint…. Je n’en sais pas plus puisque j’étais inconscient. Lors de mon réveil, j’étais aux archives. Un mal frappait mon crâne. je pouvais sentir mon sang taper au niveau de mes tempes. Une grande partie du groupe était là, menaçant les deux Falco qui m’avaient remontés.
Les orcs voulaient les manger, les autres voulaient juste la peau du soldat qui m’avait agressé. Je ne pouvais me dire que ce n’était pas le moment… Du coup, je m’interposai. J’allai bien, j’étais en vie, c’est ce qui comptait. Après un très très long et fatiguant débat, tous repartirent vers leur camp. Il y avait eu assez d’action pour aujourd’hui. Une fois tous au camp, tout le monde se posa et nous discutâmes de tout ce qu’il se tramait.

Sigh ne se sentait pas bien, quelque chose était bizarre ici… Mais je ne pouvais m’empêcher de penser que le camp n’étais pas assez bien surveillé avec trop d’entrée possible… Sigh partit alors avec certaines personne, chercher le coffre. Pendant ce temps, nous eûmes une idée : Les barricades. Nous nous mîmes alors à bloquer les passages du camp, nous protégeant de gros assauts, empêchant un passage libre.
Nous avons mit un temps fou, mais elles étaient belles ces barricades! À notre retour, Sighild fut très surprise, mais nous le fûmes également à la vue du coffre! Un petit pécule fut offert, ce qui ne déplut personne. Puis, le dîner commença. Le repas fut très bon et l’ambiance très festive jusqu’à la tombée de la nuit. Je fis office de cuisinier pour la soirée. Certains se sont plains de mes patates pas assez cuite, alors qu’ils se sont servis tandis que je leur disais qu’elles n’étaient pas prêtes, les idiots… Trop pressé à bouffer. Il était très bon mon repas!

La pleine lune… Sighild ne craignait rien grâce à son artefact. Mais apparement Godrik ne pouvait rien face à cela. Ils partirent alors tout les deux dans la forêt afin de l’attacher et l’empêcher de nous attaquer. La nuit se déroula doucement, les tours de garde se mirent en place. Jusqu’à ce qu’une réelle tension se mit en place. Plus personne ne riait. Tout le monde sentait clairement un problème. Nous avons ensuite entendu des hurlements au loin… Apparement les Falco… Peut-être subissaient-ils une attaque…? Personne ne sait… Je ne pouvais resté ainsi. Je partais alors avec Folgum en repérage sur le chemin. Nous avons repéré alors des lumières dans la forêt et nous nous y sommes aventurer.
Au bout d’un moment les lumières s’estompèrent, et nous nous retrouvâmes devant notre propre camp. Nous entrons en trombe, presque certains que les Falco nous avaient encerclés. Mais il n’en était rien. Je passai voir les gardes cachés sur le chemin, mais il n’y avait rien à signaler.

Folgum Vesperina et moi avions dans l’idée de repartir. Mais, alors que nous discutions avec les gardes sur le chemin. Des bruits se firent entendre au loin, Folgum et Vesperina s’élancèrent discrètement afin d’en finir avec eux, je les suivais prudemment, aux aguets. Puis soudain, un cri strident, aiguë : Folgum…? Je me retourne dans sa direction,, je le vois alors détaler vers le camp en hurlant : Loup garou!!!!!!

Au même moment en face de moi : trois imposants loups, les crocs luisant sous l’éclat pâle de la lune, une fourrure sombre parsemé de reste de vêtements provenant de leur forme d'origine. Ils foncèrent sur nous et j’eu juste le temps de regagner le camp, perdant une chaussure durant la course, l’un deux étant à deux doigts de m’avoir. Une fois arrivé derrière la barricade, nous les empêchons de passer et nous nous regroupons, prêt, en défensive. Puis, l’un deux hurla, avant de donner un coup dans nos barricades, qui s’écroulèrent! Il y eu un temps de flottement, silencieux.

Puis, une rage incroyable monta dans tout le groupe, très vite un hurlement enragé brisa le son du silence. Tout le monde criait, et les bêtes de Raulterp fondirent sur l’ennemi sans aucune forme de pitié. Les loups reculèrent et le massacre débuta. Les deux premiers loups furent simplement abattu, prit de court face au retournement de situation radical.
Pour ma part, j’entrai sur le champ de bataille, cherchant Sigh, j’étais persuadé qu’elle était là. Et j’eu juste, je la trouvai alors entrain de se battre avec Mayyk. Je m’approchai sans pour autant l’attaqué, cherchant à la calmer. Lorsqu’elle me vit, elle eu une sorte de crise et posa un genou à terre, Mayyk s’empressa pour lui donner un coup. Je l’empêchai in extremis de commettre une terrible erreur, et pour finir, il l’assomma juste.

Elle fut ramenée au camp alors que le reste du groupe s’acharnait sur les deux dernières bêtes… Je lui passai les fer alors que tout le monde me demandait ce qu’il se passait, ne comprenant pas la situation. Il est vrai qu’elle ne leur avait jamais dit…. Heureusement Walyan m’aida à calmer les tensions, étant donné qu’ils voulaient tous en finir avec Sigh… Elle se réveilla alors, mal en point. Elle gémissait et se tordait de douleur, disant qu’il fallait trouver quelque chose… Je me mis à chercher dans sa tente la potion de l’alchimiste, je dû retourné sans dessus dessous la piaule pour trouver enfin la potion, Sighild dû me maudire à ce moment-ci. En même temps, je ne m'attendais pas à ce que l'artefact ne marche plus... Après la potion prise, elle se calma... Cependant sa forme animale ne disparu pas pour autant. Elle commença à raconter ce qu’il s’était passé… Apparement l’endroit était mauvais et avait provoquer sa transformation malgré son contrôle. Puis elle dû s’expliquer avec le reste du groupe pour leur dire ce qu’il se passait exactement.

En attendant, Folgum voulu repartir et aller directement dans le camp Falco, les espionner, et, au mieux, les voler. Pour ma part, je m’intéressais surtout à leur état actuel et je voulais voir leur niveau de préparation… Nous y allâmes donc suivit de Vesperina. La marche fut tranquille jusqu’à ce que nous arrivions vers les archives, à partir d’ici, l’endroit était à découvert, et la lune éclaira totalement l’endroit. En pensant pouvoir se camoufler, nous avons longer les champs, à l’ombre des arbres, après un petit moment, des soldats apparurent sur le terrain, deux groupes semblaient se rejoindre au centre. Nous étions sûr qu’ils nous avaient repéré. Nous nous figeâmes, pétrifié.

J’étais sûr que c’était la fin. Pourtant, nous avons alors reculé et remonté la pente menant à la sortie du champ, passant par dessus les barbelés. Nous avions réussi à leur échapper. Entre temps, Vesperina retourna au camp sans rien nous dire. Folgum s’inquiéta et s’apprêtait à aller la chercher lorsqu’un groupe de monstre apparut. Nous nous sommes donc caché le plus vite possible. Ils semblaient arrêtés aux archives. Nous avons alors continuer notre chemin, retournant dans le champ. Une fois descendu, nous avons continuer de longé le terrain jusqu’à être en face d’un minuscule bois. Cependant il y avait une bonne marche à découvert pour y arriver.

Nous nous mîmes alors à ramper, pensant y parvenir sans se faire repérer. Ce fut un franc succès. Mais alors que nous rampions, les bêtes entrèrent dans le champ et se ruèrent vers le bois où nous comptions nous cacher… Ils passèrent à coté de nous, sans nous voir. Ainsi nous étions discret… Une fois arrivé au bois, nous sommes restés caché, les monstres étaient là. Une attaque fit rage. En deux vagues. D’abord, l’un d’eux y alla seul. Il mordit l’inquisiteur, mais se fit maîtriser. Puis, pour finir, tous attaquèrent, ce fut terrifiant de voir avec quelle rage l’attaque éclata. Les Falco étaient cependant bien préparé. Et bien que certains étaient entrés, la plupart restaient bloqués par les barricade et la défense impénétrable du groupe. Les monstres furent vaincu après un moment.

Nous en avions alors assez vu, Folgum n’osa point tenter d’y entrer, l’endroit était bien gardé. Nous rebroussâmes chemin en retournant au camp. Une fois arrivé, la plupart du camp dormait. Nous avons alors manger et discuté, jusqu’à tomber d’épuisement. Le lendemain matin fut rude pour moi, surtout que je reprenais la relève de la garde à 6 heure. Je n’avais dormi qu’une heure… Quelqu’un eu la bonté de me remplacer. Mon second réveil fut plus agréable. Une fois prêt, Sighild nous dit d’enquêter dans une partie de la forêt, il y avait du changement, mais aussi du mouvement. Je partais alors avec Folgum et Kuroky.

Kuroky était particulièrement méfiant et tendu. Nous entrâmes dans la forêt, il y avait comme un petit chemin. Des notes nous guidèrent en premier. Très vite la garde Falco nous rejoignit. l’enquête devint une véritable course poursuite, nous prenions le plus d’indice possible, tachant de ne pas se faire encercler. Nous étions trois, les autres, au moins six ou sept… L’endroit était lugubre, il y avait des cadavre, des buchers, etc… avec ces notes nous pouvions en apprendre plus sur cette fille, Rouge.
Apparement, son père avait été tué par la garde, mais un bracelet avait été récupéré par l’enfant. Apparement il serait magique… De plus, cela collait avec le début des accusations. Sa mère avait accusé Rouge en disant qu’elle était la cause de la mort de son père. Elle s’est pendue. Et l’histoire alla de pire en pire, jusqu’à être ce qu’elle est désormais. L’histoire commençait à se recoller.

Mais plus important encore. Une carte avait été trouvé, cependant il manquait une partie, que les Falco avaient. Sigh arriva et parlementa avec leur chef. Les tensions commencèrent sérieusement. Sigh voulait leur carte, le chef refusa. évidement. Personne ne semblait se mettre d’accord. C’est alors que je vis plusieurs soldats se diriger vers l’entrée arrière de notre camp.
Sans attendre je fis le tour pour prévenir les autres, et surtout protéger la stèle. Nous savions qu’il ne l’avait pas encore trouvée. Alors que je gardais l’intérieur de la forêt. Sighild vint me voir et me proposait d’assommer le chef pour lui prendre sa carte, le problème étant qu’il était accompagné, bien qu’ils restaient en sous nombre, vu que les autres étaient encore dans la forêt.
Un accord fut cependant fait: Nous leur donnions accès à la stèle et en échange, nous mettions en commun nos cartes.
Tout le monde était à cran, et il s’en fallut de peu pour que notre camp ne s’en prenne aux soldats qui étaient entrés. Gauvin était prêt à les assommer, Sighild dans le dos de leur chef. Tout aurait put se finir en un fragment de seconde. Mais il n’en fut rien. Tout se passa bien et je fus agréablement surpris du sang froid de nos camarades. Une fois l’échange fait.

Nous retournons rapidement pour aller aux archives travailler. Nouveau problème! Il fallait tout refaire, nos stèles sur la cartes semblaient fausses, certains les avaient mal recopier. Nous devions aller toute les vérifier. Je pris cette mission en charge et descendit chez les Falco vers la stèle dans le petit bois. Ensuite, je descendais dans leur camp discuté. Heureusement, les seuls présents m’étaient sympathique: L’inquisiteur, l’alchimiste, l’écuyère et d’autres soldats avec qui je n’avais pas parler. Je proposai alors à l’écuyère de m’aider à régler cette histoire de stèle une fois pour toute. Surtout qu’elle lui en manquait une ou deux. Nous reprîmes alors la route. Elle m’emmena vers l’ancien camp de Walyan, puis vers un endroit avec des coffres. Nous avions enfin tout bien vérifier. Le décodage pouvait avoir lieux. Grâce à cela, nous pouvions enfin localiser le bracelet qui serait la source du mal qui dort dans cet endroit.

Je discutai alors avec elle ainsi que le chef Falco qui nous avait rejoint entre temps. D’ailleurs petite précision, en entrant dans la forêt, nous avons vu une attaque entre nos groupes respectifs. Apparement les bêtes de Raulterp entraient à l’attaque… Je n’en savais pas plus. Je passai presque plus de temps avec les Falco qu’avec ma faction… Enfin bref. Je retournai alors aux archives pour en finir avec tout ça. Avec Gauvin, l’écuyère et moi-même, nous étions assez efficace. Nous tâtonnèrent un bon moment jusqu’à trouver plusieurs piste. Nous avions compris le principe, mais il y avait trois ou quatre manière de résoudre le problème, et une seule véritable réponse… Comme par hasard, nous avons fait toutes les pistes avant de trouver la bonne.

Nous nous retrouvâmes avec les deux groupes au complet vers la piste, nous avons alors expliquer toute l’histoire, d’où venait ce mal, afin que tout le monde comprenne enfin ce qu’il se passait.
Pour finir nous partîmes l’écuyère et moi chercher l’artefact suivit du spectre et de Sigh. Apparement le spectre connaissait l’artefact, l’entité enfermé dedans et voulait le récupérer. Après un moment de recherche je le trouvai. Enfin! Il était dans mes mains, un nouvel artefacts entre mes mains… Je ne pus m’empêcher de le cacher, tenter de le garder pour moi… Nous ressortîmes alors de la forêt. Sighild avait bien vu que je l’avais et je ne pu m’éclipser discrètement. Les deux groupes me barrèrent la route et ils m’obligèrent à donner l’artefact. Sigh ne pouvait m’empêcher de me hurler de rendre cet artefact maudit, mais c’était plus fort que moi! Walyan me l’arracha finalement des mains.
Elle allait le donner au spectre lorsqu’on l’empêcha. Le spectre parlait d’un échange, que la personne qui donnerait l’artefact aurait quelque chose en retour… Alors Walyan se ravisa.

Chacun réfléchit au sens. Et finalement, c’est l’alchimiste qui se dévoua (personne ne voulait que je le reprenne malgré mes remarques). Apparement elle avait un sceau de protection que Rouge lui avait donné. Elle pensait que ça l’aiderait. Et elle eut raison, car rien ne se passa. Cependant dès l’échange conclu, le spectre disparu à jamais, faisant pleuvoir des chatons de joie.
D’un coup Gauvin assomma une personne, suivit de Sighild. Les bêtes de Raulterp se mirent en garde, une bataille semblait imminente. Walyan restait collé avec son nouvel amoureux (oui j’ai oublié d’en parler de ça - -).
Soudain, le mal qui disparaissait de cet endroit fit une dernière fois des siennes par le biais de Rouge, qui avait beaucoup trop fréquenter l'artefact. Plusieurs personnes furent atteintes d’une rage incontrôlable et les conflits éclatèrent. Je fus moi-même pris par ce pouvoir, je finis même par blesser gravement plusieurs comparse et falco, Gauvin finit dans le coma par ma faute. Sighild vint à mon aide et m’assomma. Un peu plus et je faisais un véritable carnage…

Enfin bref. À mon réveil j’étais soigner des blessures que j’avais eu. Mais mon groupe avait disparu… J’étais entouré de Falco, heureusement ils étaient trop occupé et je pus partir rapidement pour les aider à plier bagage. J’avai pu voir la dépouille de la jeune Rouge, quelqu’un l’avait tué, cruellement. Nous n’étions plus du tout les bienvenus… Plus du tout…

Maintenant nous voici à Férul, Je viens tout juste de terminer ce compte rendu… L’aventure continue, malgré cela, cet évènement aura marqué le débuts de grands changements dans notre groupe…

PS: Ha oui et maintenant j’ai un familier : C’est un griffon! C’est pas génial?! Il s’appelle Fearoln (l’âme de la tempête). Il est super beau! Bien qu’arrogant, mais trop bien quand même.

___________________
Je ne crois que ce que je bois. Je ne bois que ce que je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lcdagn01.lebonforum.com
Tibone97
Initié
Initié
avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 17/04/2014
Age : 20
Localisation : Feigères et Annecy, Rhône Alpes, la France, l'Europe, la terre, dans la voie lactée

MessageSujet: Re: Comptes rendus   Sam 17 Oct - 18:50

Rapport de Gauvin,
Sinterbourg.

Beaucoup de choses se sont produites depuis mon arrivée chez les Raulterp, mais ce qu'il s'est passé ici dépasse l'entendement.. Bon allons-y...

D'après Sigh, il y aurait un village du nom de Sinterbourg entre Fénicé et Falco, qui aurait eu des soucis à cause des querelles entre ces deux factions.
Nous avons appris également qu'un gros coffre était dans ce coin, nous avons donc décidé de nous y rendre la vie de mercenaire c'est ça... alors on a pris la direction du Bourg détruit.
Nous sommes arrivés à Sinterbourg au matin. Nous avons aperçu au loin les restes du village en cendres. un vrai carnage. Nous avons rejoins les orcs et Vesperina qui avaient commencé à préparer le camp. Nous avons donc aidé à la préparation du camp. Nous devions aussi retrouver Walyan mais elle manquait à l'appel, la seule trace d'elle était un journal qu'elle nous avait laissé (et quel journal)
Après un moment nous sommes allés avec Sigh et Mön aux archives, le seul batiment encore debout. Guidés par un barde local, nous avons commencé nos enquêtes aux archives.

nos découvertes ont été variées. entre les rapports des soldats, les querelles de paysan et les lois seigneuriales nous avons retrouvé des brides de ce qu'il s'était passé... un vrai massacre. nous avons également trouvé des parchemins en runes anciennes que Mön s'est empressé de déchiffrer pour essayer de les traduire. Moi je cherchais activement des traces sur ce fichu coffre, l'or m'intéresse bien plus que les histoires de malediction..

nous avons assez vite été rejoint par des soldats de Falco qui semblaient aussi intéressés que nous par cet endroit. ils cherchaient les réponses à des activités ténébreuse de la région. il s'est avéré qu'une femme vétue de rouge et noir, avec la peau noire, semait le trouble avec un falco maudit. il s'est avéré que la femme en question était Walyan maudite (tout ce qu'elle n'aime pas d'ailleurs, amusant)

J'ai réussi au bout de la journée grace à sigh et une écuyère Falco à déchiffrer une enigme et un calcul pour accéder au trésor. nous avons pu guérir Walyan et le falco, et nous avons donc pu ouvrir le coffre, que j'ai trouvé dans la forêt. qui aurait cru que le pin seul dans une clairière avec une coulée de sève était en fait, je cite: "l'orphelin ensanglanté au milieu des décombres de sa maison"
enfin l'or était à nous nous avons pu le ramener et distribuer les parts au groupe.

nous avons édifié des baricades pour la nuit et commencé nos tours de gardes. Au milieu de la nuit une bande de lycans (dont sigh et un nouveau membre de la compagnie) nous est tombé dessus et a démoli nos barricades. nous avons pu les vaincre et soigner sigh, et le reste de la nuit s'est passé sans trop d'encombres.

au matin, nous avons continué notre travail aux archives, pour découvrir l'artefact dont on nous avait parlé pour libérer alakasar (je ne sais même pas comment écrire le nom bizarre de ce dieu tout autant bizarre)

Nous avons réussi grâce à mön et l'écuyère falco à trouver l'amulette et a libérer le dieu.

C'est la que j'ai remarqué un Brocéliande dans le groupe Falco. passant derrière lui, j'ai pris la ferme résolution de m'en débarasser. mais étant incapable de le tuer j'ai décidé de l'assommer. et la les choses se compliquèrent..

C'est la que Rouge, une locale, est tombé dans les pommes, et entre ceux qui voulaient la tuer et les autres, la tension est montée. Rouge s'est mis a donner des rages Berserker à tout le monde, et j'ai du commencer à me défendre contre la rage de Mayyk, de Mön. mais m'a soudain porté un coup fatal. sans l'aide de Néranor, j'y serais rester. il m'a soigné, et ramené au camp entre les lames sorties des falcos. nous avons réussi à atteindre le camp, et notre mission a pu se terminer sans trop d'encombres.

J'écris ces pages pendant que je suis en quête solitaire, Mayyk est devenu une espèce de réceptacle d'un dieu et je suis parti sans trop demander la permission à la capitale de Fénicé. je suis actuellement aux portes de la citadelle et ma quête est loin d'être facile, tout comme mon retour chez les Raulterp, j'ai du mal à imaginer l'accueil de Sigh..

Gauvin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comptes rendus   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comptes rendus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FFMC - Manifestation Moto du samedi 23 octobre 2010 - comptes rendus , photos et vidéos
» Première diagonale: Brest-Menton, juillet 2009
» Mon mien de compte rendu des 24 heures du Mans Moto
» calcul des points rendus en 4 balles meilleures balles
» Comptes Deezer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Nos GN :: Nos GNs Effectués :: Le mystère de Sinterbourg (29-30 aout 2015)-
Sauter vers: