Groupement de GN - région Rhône-Alpes - Ain
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
L'adresse officielle des Chroniques d'Algaroth est désormais disponible, pour nous contacter envoyez nous un mail à lc.algaroth@gmail.com
Derniers sujets
» jeux de plateau et jeux en générale
Mar 19 Déc - 21:07 par Narvath

» présentation
Jeu 14 Déc - 12:01 par sqruig le skavens

» L'eveil, Premier Opus: Rörk. Synopsis / Introduction
Jeu 21 Sep - 12:22 par kazuki

» Nouvelle arrivante
Mer 20 Sep - 14:35 par zeuz51

» Bijour, bijour
Mer 20 Sep - 14:31 par zeuz51

» Bonjour, bonsoir, a que coucou c'est mwé
Mer 20 Sep - 14:27 par zeuz51

» Présentation Sarah
Mer 20 Sep - 14:22 par zeuz51

» Bonjour de la Drôme
Mer 20 Sep - 14:19 par zeuz51

» Présentation Naliaa
Mer 20 Sep - 14:17 par zeuz51

Les posteurs les plus actifs de la semaine
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Avril 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      
CalendrierCalendrier
Sujets similaires

Partagez | 
 

 Comptes-rendu des joueurs

Aller en bas 
AuteurMessage
Arne
Président
Président
avatar

Messages : 1110
Date d'inscription : 01/09/2012
Age : 21
Localisation : Ain (01)

MessageSujet: Comptes-rendu des joueurs   Sam 25 Mar - 21:14

Compte rendu : Aléhir Fyrindel, Nagaï des Lames d'écumes

Nous étions partis l'espoir prenant nos tripes,
Dans ce petit fort ci, oublié de l'Histoire,
Érudits téméraires qui toujours participent
A toute péripétie les menant au savoir.
Mais à peine arrivés, le destin, si ingrat
Vint frapper à nos portes d'une main violente
Déposant mains blessés, éclopés, sur nos bras
En les laissant aux soins de nos troupes soignantes.
Faisant partie du tas, je me précipitais
Cherchant à affaiblir la souffrance grondante
Et m'en allant quérir dans l'endroit qui pouvait
Seconder de sa poigne notre main hésitante.
Une fois tout les blessés et autres invalides mis loin hors du danger qui pesait sur leur têtes
Nous partîmes de concert, Ari et puis moi même, pour visiter le fort et affirmer nos quêtes.
Quelle ne fût pas l'horreur lorsque nous découvrîmes tapi dans les méandre des couloirs du château
Un rituel infâme demandant prestement un mort qui dans nos cœurs eu planté son drapeau
Ou encore un suicide, pour que tout soit plus propre.
Paniqué par cela, j'allais chercher ma maître: si moi j'étais perdue, Safu saurait quoi faire.
Une fois retrouvée, je ne la quittait plus de peur qu'elle ne s'envole ou qu'elle ne s'évapore
Ce lieu tout entier créant jusqu'à mon cœur un effrois tel que je ne saurais en vivre encor...
Cependant l'après midi fut calme, nos nouveaux compagnons se montrant sympathiques
Tout autant que nos hôtes qui, bien qu'un peu étranges et de curieuse fabrique
Nous furent forts obligeant et agréables a vivre.
Rien de toute la journée vint troubler nos affaires
Exceptée une attaque qui m'échappa un peu
D'un habitant qui sembla déclarer la guerre
A seulement quelques uns de nos guerriers preux.
Et aucun de mes chant ne pu calmer la bête
Encore moins l'encens qui brûlait sur ma tête
Aussi les laissais-je seuls, abandonnant les lieux.
Je vous ferais ici un aveux rougissant: si je m'en retournais dans la salle d'étude
N'était-ce pour traduire quelque parchemin mais bien pour observer du coin de mon regard
Un certain nain assis sagement à une table, penché sur son ouvrage, tout à sa tâche rude
L'air quelque peu perdu dans son livre nanique, ne remarquant donc pas mon jeu d’œillades hagard.
Pour ne point m'attarder sur ce léger détail, je poursuivrais comme suit:
Lors d'un jeu de boisson qui fut prémédité, Safu la scribe fut ma meilleur alliée ;
Elle lui tendis un piège dans lequel il couru, me trouvant aussitôt pendue à ses épaules.
Sentant dans mon esprit euphorie et amour qui élevaient leur verres à notre bonne santé
Je me jurais tout bas de ne plus le laisser, ivre de par l'alcool et les émotions drôle.
Ce serment fut utile car à plusieurs reprise ce fut ma main aimante qui à Mort l'arracha.
Mais peut importe ceci au lecteur qui ici vient chercher des réponse sur ce qui se passa.
Le comble de l'horreur vint à la nuit tombée
Sous forme d'un fantôme chantant et hurlant
Immisçant dans les âmes des hommes alors présents
Moult folies et fureurs impossible à calmer.
Non constatâmes alors que la bête spectrale
Une fois de chant nourrie nous était attentive.
Conjuguant nos efforts sous la lumière astrale
Nous tentâmes de comprendre ce qui la rendait vive.
Alors que nos recherches arrivaient à leur but la créature de mort vint à toucher mon front
Y insufflant souffrance et mainte dérisions
M'amenant à souhaiter même ma propre mort.
Je serait morte pour elle et pour la protéger
Cette infâme Banshee que tous souhaitaient voir morte
Tant elle méritait juste de se reposer,
De poser ce fardeau que tout les spectres portent.
Après une nuitée pleine de cauchemars,
Ce fut sa voix maudite qui vint me réveiller
Ranimant toutes peurs que ce repos rêvé
Était bien parvenu à ne plus me faire voir.
Nous passâmes la journée entière à sa recherche
Et la trouvâmes enfin, réfugiée dans la salle
Qui avait accueilli sa mort sur ses mur rêches
Et qui de trahison avait l'odeur bestiale.
Safu de par ses mots lui amena la paix et dans un cri sans fin elle disparu enfin...
Nous retournâmes au final à notre "famille",
Protégeant tours à tours ceux qui nous étaient chers
Alors que tout les habitant de la bastille
Nous attaquaient, venant croiser le fer.
C'est grâce à une alliance que nous quittâmes le fort
Main dans la main, amis et frères d'armes et de sang
Pour toujours si jamais nous nous croisions encor
Nous nous battrions bien du même côté des rangs

___________________
Je ne crois que ce que je bois. Je ne bois que ce que je crois.


Dernière édition par Arne le Sam 25 Mar - 21:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lcdagn01.lebonforum.com
Arne
Président
Président
avatar

Messages : 1110
Date d'inscription : 01/09/2012
Age : 21
Localisation : Ain (01)

MessageSujet: Re: Comptes-rendu des joueurs   Sam 25 Mar - 21:17

Wulfrick Kordruck : Banshee du village du fort

Wulfrick Kordruck, un nom qui ne laissa pas indifférent... C'est au Fort L'Ecluse que les aventuriers et les pirates connurent la puissance d'un tel spectre. Son cri rendit fou plus d'un, la frayeur engendré réveilla les coeurs apeurés et le cliquetis de sa côte de maille fît hérissé plus d'une échine.
Deux stratégies se créèrent alors pour contrer la Banshee. La première était celle qui galvanisait le plus de voix: la tuer, la détruire. Une pauvre dague rouillée, vestige de l'arme qui avait transperçé son oeil droit pour aller fouiller la cervelle de Wulfrick, était le talon d'Achille de la Terreur du Fort.
La deuxième était de se servir du passé de la Banshee, dans lequel elle semblait perdue, pour tenter de la raisonner et de la faire partir, sans regret.
Mais malgré les efforts combinés de trois femmes mages pacifistes, ceux-ci tombait en vain avec les attaques sournoises des rôdeurs et des assassins. Un Nécromancien amnésique, qui retrouvait progressivement la mémoire, avait continuer à essayer de la raisonner, et avait même presque réussit à la détourner du cauchemar qu'elle revivait, de cette Purge lançée il y a 200 ans contre la famille de son Maître, le Comte de Cardaillac.
Finalement, à l'ouverture de la salle du Coffre, c'est la Paix qui a gagné. Ce qui s'ensuivit les habitants de Fort, les Aventuriers et les pirates connaissent cette partie de l'histoire...
MAIS CE N'EST PAS CELA QUE JE SUIS VENU VOUS CONTER!
Ce que je suis venu vous dire c'est que 3 ans plus tard, par une sombre nuit de Marhil, 13 Grands Nécromanciens vinrent au Fort accompagnés d'une armée de Non Vivants. Le Dieu du Hasard préféra protéger les habitants au plus profond du Fort par de puissants sortilèges que de combattre l'adversaire.
Ainsi les Nécromanciens prirent possession du Fort du Bas.
Ils menèrent leur enquêtes, recherchèrent les traces magiques, pour finalement trouver le lieux où la Banshee avait rejoint la Lumière... Et là commençèrent leurs Rites.
Des cris, du sang, des ombres, c'était la Purge qui recommençait, ce cauchemar qu'ils essayait de faire revivre... Il appelait la Banshee, essayait de la faire sortir de cette Paix qu'elle avait retrouvé... Par trois fois ils échouèrent... Ils allaient abandonner quand l'un deux trouva l'effroyable solution... Ils allèrent au Coffre, brisa ses enchantements, prirent la Boule à Neige où survivait le Comte, sa famille et l'Alchimiste et la détruisirent...
Nombreux sont ceux qui pensent que se faire enfermer vivants dans un tel objet est pire que la mort, mais les tortures que les Nécromanciens leur firent subir furent pires encore...
Alors devant les cadavres des Cardaillac, dans ce sombre cauchemar, ils appelèrent une nouvelle fois Wulfrick d'entre les morts... Et un Cri d'une terreur incommensurable leur répondit...

___________________
Je ne crois que ce que je bois. Je ne bois que ce que je crois.


Dernière édition par Arne le Sam 25 Mar - 21:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lcdagn01.lebonforum.com
Arne
Président
Président
avatar

Messages : 1110
Date d'inscription : 01/09/2012
Age : 21
Localisation : Ain (01)

MessageSujet: Re: Comptes-rendu des joueurs   Sam 25 Mar - 21:19

Yonas : Membre de la compagnie d'Eingoff

Intenses furent les péripéties de ces deux jours, un dur moment pour l’être dérangé qui avait embarqué avec les Eingoff dans un espoir fou de ne revenir avec rien de plus que des connaissances… L’état mental, pourtant stable depuis des mois, de Yonas a été fort atteint ... Entre les cadavres d’animaux, son manque de capacité a retenir ses pulsions de meurtre et de torture, associée a 3 (putain de) crises de démence provoquées par la Banshee, et le traumatisme provoqué par la bête, la force qui sommeille en lui et qu’il pensait pouvoir contenir a redoublé dans sa vigueur et tente de reprendre le contrôle … Après 6 semaines avec la compagnie, la lente agonie mentale de Yonas lui devint insupportable et il débarqua au premier port dans lequel la compagnie mouilla, prétextant que la mer lui devenait dure mais que cela passerait, et abandonnant son apprenti. Il promis cependant que si dans 1 mois exactement la compagnie se trouvait a nouveau dans ce port, il serait près a ré-embarquer au mieux de ses forces. A peine le premier pied posé sur le sol, il partit en direction des montagnes les plus proches sans même aucun regard pour cette compagnie avec qui il se montrait sympathique dans le seul souci de sa survie, avec comme seule certitude le fait que dans 1 mois il devrait savoir si se tenir sur ce rivage ou au plus loin de celui-ci serait sa rédemption.

___________________
Je ne crois que ce que je bois. Je ne bois que ce que je crois.


Dernière édition par Arne le Sam 25 Mar - 21:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lcdagn01.lebonforum.com
Arne
Président
Président
avatar

Messages : 1110
Date d'inscription : 01/09/2012
Age : 21
Localisation : Ain (01)

MessageSujet: Re: Comptes-rendu des joueurs   Sam 25 Mar - 21:20

Safu Zerfaäh : Membre des Lames d'écumes :

Safu Zerfaäh est une membre des Lames d'écumes qui n'aurait pour rien au monde laissé passer l'occasion de découvrir les connaissances enfouies dans ce fort légendaire. Qui sait dans quelles langues rares ou anciennes peuvent être écrit les manuscrits anciens ?
La porte est ouverte ? Quel mauvais présage, j'espère qu'il n'est rien arrivé aux documents. Après une rencontre avec les locaux et un rapide tour des locaux, il apparaît que les vrais objets de valeurs sont protégés magiquement. Heureusement.
Après ouverture, je suis sûre d'être au bon endroit pour moi. Le scribe local a bien fait son travail, il y a grande quantité de sources.
Après quelques heures, la réalité est dure : beaucoup de papier, beaucoup de langues mais peu de contenu utile.
Je négocie avec le scribe plus de liberté pour me permettre plus de rangement et faire un peu de tri.
Généalogie, zoologie, herboristerie, cryptozoologie, écureuils, poème et chansons, relevé juridique, courrier personnel, recueil de compte, compte rendu de justice, langues étrangères et alphabets, etc ... Alors ça c'est du scribe méticuleux. Peut être un peu trop.
Il est temps de retourner chercher et trier. Les documents de cryptozoologie sont vraiment passionnants. Chercher la source du regrets de la banshee... Plusieurs pistes s'ouvrent, deux se précisent : l'une étant plus conforme aux légendes, l'autre plus crédible pour la situation présente. Je réunie les documents pour chacune. Je choisis la piste qui me semble la plus plausible pour moi, d'autant plus que ces documents ont l'air d'avoir subi une tentative de destruction. Je n'ai plus qu'à la rencontrer et à confirmer l'hypothèse.
J'entends du brouhaha dehors. Une âme en souffrance semble projeter sa peine aux alentours. Je ne peux laisser une telle violence atteindre mes compagnons, je rappelle à ma mémoire ma jeunesse et ma formation aux seins des grandes tours. Elle a déjà été attaquer, elle est fermée à la discussion. Quoi qu'il en soit, la violence de la banshee en peine ne passera pas, pas tant que je suis là.
En attendant, retour aux traductions, ces nouvelles langues sont terriblement chronophages.
Alors que je suis loin d'avoir fini ce travail, le Shaman et le fantôme nous mettent au défi afin de choisir à qui transmettre la clef. Les négociations diplomatiques sont âpres, je m'offre comme otage en témoin d'apaisement. Je ne crains pas grand chose, même si je suis la seule à savoir pourquoi. Mes compagnons sont pénible, ils veulent absolument m’empêcher de partir et me protéger. Je leur dis et leur répète que je ne crains rien pourtant ils ne me croient pas. Ils renâclent à me laisser entre les mains des nos opposants. S'ils savaient! En un clin d’œil je deviens l'un d'eux et ils n'oseraient plus m'attaquer. Sinon, j'en appellerai à nouveau à la magie du Larimar.
Je remercie la déesse-mère de continuer, malgré les années, de me permettre d'utiliser la magie de ses pierres de lune. C'était il y a si longtemps...
La soirée passe, plusieurs apparitions, plusieurs attaques, plusieurs ripostes, aucune occasion pour moi.
Vient le matin et enfin je parviens à rencontrer cette banshee, Wulfrick Kordruck de son nom. Après une simple discussion avec lui, son âme touche enfin le repos qui lui est dû. Je vous l'avais bien dit!
Son départ nous laisse le passage de la chambre forte du fort, qui ne contient plus qu'un énorme coffre en son centre.
Après avoir bien visité et étudié le fort, l'ouvrir est un jeu d'enfant.
Alors que nous nous ruons sur son contenu précieux, un message nous avertit du danger qu'ils représentent. Rapidement, les représentants de la compagnie d'Eingoff quittent la salle pour aider les compères à se défendre dans la bataille qui se joue dans la cour. Nous restons à cinq lames d'écumes. Mon avidité de connaissances me poussent à finir de lire les feuillets restants. Une analyse plus fine révèle que seuls les objets sont précieux au sens de l'auteur et pas les richesses présentes. Nous décidons d'en prélever une partie, en en emportant chacun un peu. Si nous ne pouvons pas revenir chercher la fin, nous partagerons au moins ce que nous portons au sein des lames d'écumes ; si nous arrivons à récupérer le reste, ce sera cela la part du trésor.
Nous comprenons également que, tant que le coffre ne sera pas refermé, les habitants du fort combattront. Un problème de taille se révèle. Un troubadour a fui avec quelques objets. Nous sortons récupérer ceux-ci. Je crée une barrière de protection pour faciliter la chasse au trésor, version course à pied.
En revenant au coffre, je vois que tous le monde a compris l'absence d'enchantement sur les richesses présentes. Le capitaine d'Eingoff se sert allègrement, Alan Stroff se précipite pour remplir un coffre que nous annonçons être la part des lames d'écumes. La tension est palpable dans la salle, tout le monde surveille tout le monde, sur le qui vive. Le moindre geste de trop et ce sera une bataille pour des piécettes. Finalement, il ne reste au fond de ce coffre que ce qui doit s'y trouver.
Nous essayons un premier rituel, puis un autre. Enfin nous pensons à lire le texte elfique présent avec le coffre. Il fonctionne, nous pouvons lâcher les précieux objets et refermer le couvercle. Les échos des combats cessent. Il est temps de partir.
Juste avant le départ, mon ami Lodesh parvient à retrouver le dernier élément qui lui manquait, je l'aide à reconstituer son objet. Il en a l'air satisfait, j'espère qu'il est content du résultat.
Alors que nous quittons le fort, j'informe mes voisins de marche de ne pas s'attrister, ceux qui étaient venus s'enrichir ne sont pas lésés, nous en reparlerons plus tard.
Au moment du décompte, je pense avoir sur moi 2 gros brillants et une dizaine de perles, par rapport au décompte du contenu du coffret cela me semble équitable. J'informe juste que je ne prendrais pas une part sur la somme.

___________________
Je ne crois que ce que je bois. Je ne bois que ce que je crois.


Dernière édition par Arne le Sam 25 Mar - 21:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lcdagn01.lebonforum.com
Arne
Président
Président
avatar

Messages : 1110
Date d'inscription : 01/09/2012
Age : 21
Localisation : Ain (01)

MessageSujet: Re: Comptes-rendu des joueurs   Sam 25 Mar - 21:22

Yone Isami : Membre des Lames d'écumes :

"Nous arrivâmes au fameux fort aux alentours de midi, après plusieurs jours de marche, guidés par une ancienne carte. La porte semblait entrouverte, nous avons donc pénétré dans l'enceinte des hauts murs. Quelle ne fut pas notre surprise de voir que ce fort était peuplé par d'étranges personnages, parmi lesquels j'ai pu reconnaître une Elfe Noire ainsi que quelques humains, dont l'un se révèlera être un forgeron ambarien, et une curieuse créature au teint bleu. À peine avions nous entammé la conversation avec les gens du fort que la grande porte bougea à nouveau, et révéla une troupe de marins. Ils disaient s'être échoués ici, suite à une attaque de monstres aquatiques. Leur vaisseau était apparement bloqué en contrebas, avec encore des monstres à bord. Ils cherchaient donc ici asile, au vu de leurs blessés, et un moyen de repartir.
Nos médecins allèrent leur porter secours, pendant que je me livrais à quelques précautions : Je notais dans un coin de ma tête leurs équipements, pour évaluer nos chances de survivre à un éventuel conflit, et pouvoir maximiser ces dernières avant toute échauffourée, me rappelant ma formation : "Qui connaît son ennemi comme il se connaît en cent combats ne sera point défait."
Cependant, le mieux restait d'éviter un bain de sang inutile.
"L'art de la guerre, c'est de soumettre l'ennemi sans combat."
Par la suite, nous commençâmes nos investigations dans le fort. Il était vaste et sinueux, et comportait de nombreuses salles. Les marins firent de même, et les Lames finirent par s'établir dans les archives, avec nos linguistes affairés à traduire un impressionnant volume d'écrits. Nos deux Vaamars cherchèrent des traces de magies, pendant que je faisais la navette entre nos différents groupes de recherche, permettant à la fois de coordonner les investigations et de tenir tout le monde au courant, et en même temps j'en profitais pour me faire une carte mentale précise du fort, à force de passer et repasser. Je faisais un inventaire des pièces et de leur facilité à être défendues ou non. À ce propos, la salle des archives, en plus de constituer une mine d'informations, était aisément défendable, avec seulement deux entrées, orientées du même coté et assez exigües pour ne laisser passer qu'une personne en armes a la fois. De plus, cette endroit possédait un de ces mystérieux pics en bois, dont nous nous doutions qu'ils seraient importants par la suite. Nous en firent donc une sorte de camp de base, d'autant que les marins ne semblaient pas intéressés par cet endroit, ce qui laissait en paix nos hommes et femmes de lettres.
En me promenant dans les couloirs, j'ai cru que nous accusions un retard conséquent sur l'autre groupe, mais le déverrouillage de deux salles simultanément nous remis en course. Là, les indices fusèrent, et nous en apprîmes plus sur le pourquoi du comment.
Il semblait que des expériences alchimiques aient eu lieu dans ce fort, avec des penchants pour la chimérisation. Une Bête était scellée dans les étages, et des spectres rôdaient dans le fort, le plus puissant d'entre eux étant une Banshee.
En revenant aux archives, j'appris qu'un des marins avait attaqué sans raison un membre du groupe. Je suis alors monté voir ce que l'autre groupe faisait, et j'ai été reçu par un comité bien conséquent et menaçant pour discuter avec un Almut, même si notre réputation de guerrier dépasse largement les frontières de Cadfan.
Les marins se massèrent autour de moi, me coupant toute éventuelle retraite. Un grand en armure qui avait l'air assez imbu de lui-même traversa le rang et me posa des questions. Il disait qu'ils étaient en train de régler un problème interne, ce qui s'avéra vrai, n'ayant plus de capitaine ils étaient incapables de maintenir un semblant d'autorité, aussi grands et armés fussent ils.
Ces informations étaient au delà de mes espérances, j'ai donc baragouiné quelque forme de respect illusoire pour m'en aller. Des luttes internes et une autorité du chef fragile.
"Si tu ne connais ni ton adversaire ni toi-même, à chaque bataille tu seras vaincu."
"Ne laissez pas vos ennemis s'unir."
La victoire était assurée, en cas de confit.
Je retournai voir les autres en bas pour leur en parler. Ces événements couplé au remarquable travail d'espionnage d'Alix me rassura quand à une éventuelle bataille avec les marins. Cela me permit d'avoir les idées assez sereines, et de me reconcentrer sur l'autre problème : Le fort en lui-même, et les créatures qui le peuplait. Avec Arthyom le Lachlan, nous sommes partis à la recherche du moyen de frapper mortellement la Banshee : L'arme qui l'avait tuée de son vivant. Après un interrogatoire avec le forgeron du fort, nous avons été soulagés de savoir que la dague était en possession d'un membre des Lames, Sébastian. Nous avions donc de quoi nous défendre contre le fort, ce qui ne tarda pas à ce révéler utile. La nuit tombait, et les attaques de monstres se multipliaient et se faisaient plus insistantes. Les premiers à en souffrir furent les marins, qui parvinrent à envoyer l'un des leurs quérir notre aide pour prendre l'ennemi à revers, ce qui engendra une victoire facile. Rassemblés dans la cour supérieure par la suite, nous essuyâmes plusieurs vagues d'attaques, mais nous étions de vaillants guerriers, et avec Corrin, Celebringon et Janvick, la ligne fut tenue et l'ennemi repoussé à chaque fois. Dans le même temps, un passe partout nous fut proposé, à condition de contrôler un maximum de points de pouvoir dans le fort.
Le groupe essaya de procéder à des négociations pour partager les points sans combats et une mise en commun des récompenses, mais les pourparlers menés par Alix et Alane furent un échec, faute de temps et de bonne volonté dans l'autre groupe. La confrontation semblait inévitable, et la première manche commença.
Je partit aussitôt, confiant dans nos chances de victoire armée, avec les deux frères Vaamars prendre le point proche des marchands. Des marins nous y attendaient, le combat aurait pu être remporté facilement sans l'intervention de la Banshee. Je me mis en garde, mais un coup à la tête me mis à terre.
Quand je me suis réveillé, le point était défendu par une Arkhov qui habitait le fort, et les gens couraient et se battaient tout autour. Plutôt que de risquer des vies inutilement, nous avons battu en retraite, au cas ou la Banshee reviendrait. Après la première manche, le calme s'installa, ponctué d'attaques de monstres par ci par là, mais sans effets majeurs.
La deuxième manche fut relativement calme, les Lames se cantonnant à deux points de pouvoir, tout en négociant avec les habitants du fort pour les garder, ces derniers disant que cela offensait leur dieu.
Nous sommes par la suite allés nous coucher, tous au même endroit, chacun ayant plus peur du fort que de l'autre groupe.
Le reste de la nuit fut tranquille, malgré une fausse alerte au petit matin, où j'ai pu voir la vivacité incroyable de Lodesh.
Plus tard, la troisième manche commença après une distribution de thé par Oswald, béni soit-il.
Elle se termina de la même manière que la deuxième pour les Lames, avec deux points contrôlés, soit pas assez.
Quoi qu'il en soit, les événements s'accélérèrent ensuite : La grille qui renfermait la Bête fut ouverte, et avec l'aide du Seigneur Camus, un Krarim, cette dernière fut repoussée loin dans les galeries du fort.
Les marins réussirent à libérer leur vaisseau prisonnier du fleuve, et le coffre au trésor fut scellé.
Les villageois sortirent de leur transe meurtrière et la Banshee fut vaincue par la diplomatie grâce à Fyrindel et Safu.
Tout s'arrangeai pour les gens présents dans le fort, et il était temps de le quitter, ses portes grandes ouvertes.
Les marins s'en allèrent en nous laissant l'un de leur marchands qui avait fait scission, et il devint de fait un membre des Lames, sachant parler l'elfique et le nannique. Une fois à quelques heures de marche du fort, Alane nous révéla qu'il avait récupéré et dissimulé le trésor. Une fois encore, les Lames avaient accompli ce pourquoi ils étaient venus, grâce aux talents de chacun. Nous sommes depuis de nouveau sur les routes, en quête d'aventure. Pour ma part, j'apprends le nannique auprès de Rolly, et peut être que je m'attaquerai à l'apprentissage de l'elfique également. Suite à cela, je pense partir pendant des petites périodes, mais toujours retrouver le groupe au final, car une épée est une bien maigre compagnie pour une longue route. Comme l'écrit si bien notre Nagaï muette, il suffit de suivre l'encens."

___________________
Je ne crois que ce que je bois. Je ne bois que ce que je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lcdagn01.lebonforum.com
Arne
Président
Président
avatar

Messages : 1110
Date d'inscription : 01/09/2012
Age : 21
Localisation : Ain (01)

MessageSujet: Re: Comptes-rendu des joueurs   Sam 25 Mar - 21:23

Sighild : Membre du village du Fort :

Je ne remercierai jamais assez le fait de savoir tant lire qu'écrire... malgré mes souvenirs vides, il semblerait que mes connaissances pratiques ont été conservées, je dois admettre que cela m'arrange: il est deja bien difficile pour moi de me faire comprendre ... Apres tout, je ressens toujours cette douleur aiguë lorsque je souhaite parler. Pourquoi donc...
Cela fait 7 mois que je suis au fort maintenant. Cet alakhazard m'avait accueillit comme une vieille connaissance cependant moi je ne me souviens de rien qui précède les 10 derniers mois... J'ai erré, et je me suis retrouvé ici. La vie y était tranquille jusqu'à il y a peu. Il y a deux jours, des gens ont pénétrés les murs d'enceintes. Je crois que ce n'était pas normal... On m'avait parlé d'une barrière magique qui cachait les lieux après tout. Tous armés, curieux... Un nain un peu bourru qui semble s'approcher du tavernier pour venir quémander d'ores et déjà de la boisson... Je m'en vais prévenir le chaman. Alors que les gens s'installaient en ces lieux, je tente de garder mes habitudes. Un peu de cartographie, un peu de tannage, je finis mon plastron... Mais voila que ces gens font un tapage pas possible. Tintement des armures, crissement de la maille, l'odeur et le son du metal a complètement emplit les lieux et leurs brailleries m'empêchent de mon concentrer. Alors oui, je suis peut etre aphone, mais très loin d'etre sourde... Ce que certains ne semblaient pas comprendre d'ailleurs comme ils se sont mit à me parler avec leur mains. Parfois je me demande ce que les gens peuvent avoir dans la tête...
A peine arrivé que c'est le chaos. Certains chassent pour l'argent que leur promettent les chasseurs, d'autres tentent de dérober notre commerçante tandis qu'un felon s'amuse à crocheter une porte sous mon nez... Et qu'il revient à chaque fois malgré mes avertissements! Aucun respect, ces agitateurs ont tout simplement détruits ce calme dont j'avais tant besoin... Mais ils ont fini par se montrer utiles. Contre des renseignements ou des cartes, certains vinrent m'apporter des informations sur mon passé. Oui, quelqu'uns de ces gens semblaient plus ouverts à la discussion civilisée que d'autre, clairement. J'apprit alors etre une arkhov: il me semble que notre chasseuse m'en avait déjà vaguement parlé... Une peuplade venant du sud de Falco, habitant de vaste pleine gelée. La serait ma prochaine destination.
Cependant, avant d'avoir même put entamer mes bagages, tout s'emballa. Les aventuriers commencèrent a s'imposer un peu trop. Ouvrir les portes scellées, chercher un trésors appartenant au maitre des lieux, et lorsque ce fantôme de Picotton leur lança le défi d'occuper ces points de pouvoirs que j'avais répertorié, ils s'emballèrent complètement. Ils parlaient de s'allier pour y arriver, nous voler cet endroit tout ça pour un éventuel trésor qui n'était pas a eux! Les villageois commencèrent à éprouver une certaine rancune et je promis de les aider à garder ce fort. En remontant garder le point des casernes, je m'aperçu qu'on m'avait d'ailleurs volé! Toutes les cartes du fort que j'avais faites! Vil gredin, il sera surprit de voir que je peux les retracer à l'odeur, comme je fais mon encre moi même j'en connais bien l'odeur!! Je me suis occupé de ce félon et j'ai défendu les points du bâtiment en essayant d'user au maximum de diplomatie, et ce à chaque bataille. Heureusement certains portaient attention à ce que je tentais de "dire". Mais ce ne fut pas suffisant.
Ils avaient peur... Je le sentais. La banshee rodait dans les couloirs et bien qu'elle ne nous ai jamais attaqué je l'évitais au mieux. Son cri me vrillait les tympans, mon ouïe fine ne me rendait pas service dans ces moments là. De même, la nuit, des monstres firent irruptions des sous terrains du fort. Je profita de la nuit sombre et de la faible lueur de la lune pour user de ma forme bestial et tuer ces créatures. J'ai bien cru que les aventuriers allaient m'attaquer a leur tour: heureusement ce ne fut pas le cas. Mais le plus étrange était ce second loup garous. Je l'avais sentit auparavant, il m'avait même abordé plus tôt a la taverne, disant me connaitre d'il y a un temps. Il me raconta que très peu de choses cependant mais il sembla perdre le contrôle de lui même lorsque j'ai hurlé contre les monstres nocturnes...
Le lendemain fut fastidieux. Encore des points a défendre, la banshee enragée lors de l'ouverture de quelques salles, et les aventuriers semblaient de plus en plus méfiants... Au final ils finirent par trouver ce trésors et libérer leur bateau, mais a quel prix...?
Je n'ai que de vague souvenir de ce moment la. Un éclair me frappa sur place et je perdis tout sens commun. C'est a peine si j'arrivais a garder forme humaine, mais ma concentration était bien trop focalisée la dessus pour arriver a gérer autre chose. Je me vis prendre les armes et attaquer les étrangers, et ce contre mon gré. Je voulais leur hurler de fuir mais seul les cris de douleurs sous leurs coups sortait de ma bouche, brisant ma gorge a chaque son. L'enfer... Une demie douzaine contre quarante, déchainés et obligés a se battre sans en avoir le choix ou même le contrôle. Ils finirent par me blesser suffisamment ... Je crois. Il me semble avoir perdu connaissance, et l'un d'entre tenta de me soigner. Des brides de souvenirs, à peine... Je me souviens des bruits de la bataille faisant rage, de la douleur empoignant mon corps et de ce murmure continue qui me prend la tête sans cesse: Freyja... Pourquoi ce nom me poursuit il ainsi...? Une touche familière, un trésors que je ne semble pas comprendre... Mais la douleur me sortit de ma réflexion et je me retrouva une fois de plus au combat. Mon corps bougea de lui même et reprit l'assaut jusqu'a en mourir si il le fallait, mais soudain tout s'arrêta. Je repris le contrôle de mes membres, tout comme le reste des villageois. Certains dirent qu'ils avaient refermés le coffre, je ne comprenais plus rien et m'effondra a terre: enfin je pouvais souffler. Mes blessures se refermaient déjà doucement mais l'odeur du sang et tant d'humain autour de moi ne m'aidait pas a rester calme: la faim allait vite commencer a gronder.
Je me relève, et reste a part. Ces gens finissent par partir, après l'apparition de ce satané Alakhazar. Je les vois s'éloigner depuis les enceintes du fort. Cela fait 7 mois que je suis ici... Et il temps que je reparte désormais. Mes souvenirs m'appellent, et semblent me conduire vers Falco. C'est donc la bas que je retournerais.
J'écris ces mots car si il survient de nouveau une amnésie comme celle que je vis en ce moment, je me rappellerai au moins de ceci. Je m'appelle Sighild. Je suis une arkhov, et une lycanthrope. Mon but est de chercher la vérité qui est mienne.


___________________
Je ne crois que ce que je bois. Je ne bois que ce que je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lcdagn01.lebonforum.com
Arne
Président
Président
avatar

Messages : 1110
Date d'inscription : 01/09/2012
Age : 21
Localisation : Ain (01)

MessageSujet: Re: Comptes-rendu des joueurs   Lun 27 Mar - 10:11

Traska Kal-Thora, dit Corrin : Honorable nain des lames d'écumes :

"Voila mon compte-rendu, j'espère qu'il n'arrive pas trop tard:
J'écris ces lignes, installé dans une charrette marchande en partance pour Garaz Kadrin, que les humains appellent Mont Mithril.
Bien que ma fierté me pousse à vouloir continuer, il est évident que les blessures que j'ai reçu au Fort-L'Ecluse mettrons du temps à se refermer. Dammaz! C'est donc l'esprit vagabondant que je relate ce qui est arrivé.
Notre groupe est arrivé devant le Fort, un ouvrage plutôt solide pour une construction humaine. Ca ne vaut pas les ouvrages nains, c'est sûr, mais au moins ça avait l'air de tenir les intempéries. La porte était grande ouverte, et, au lieu de trouver le Fort vide comme on s'y attendait, des types étranges nous regardaient comme si on avait renversé leurs bières!
D'ailleurs, l'un d'eux tenait une choppe. Alors que les autres commençaient à parler, je me suis avancé pour demander de goûter à la bière que tenait ce type en noir - l'hospitalité naine classique, en soit. Il m'a baragouiné quelque chose, et j'avais un mal fou à me souvenir des quelques rudiments de commun que j'avais appris sur la route...J'ai appelé mon fidèle compagnon Roly pour qu'il me traduise tout ça, et c'est alors que des marins sont arrivés, la plupart blessés - Quelle idée ont-ils de vivre sur l'eau, matière instable! Umgak Grizal!
Apparemment, le Fort était ouvert à la visite, alors nous avons commencé à fureter un peu partout, trouvant toute sorte de lieux étranges. Nous trouvâmes une sorte de bureau. Alors que nous avions commencé à déchiffrer les textes, des marins nous montrèrent un calumet, de taille ma foi fort respectable, et insistèrent qu'il s'agissait d'un instrument pour un sport à balle. Quand je vous disais que l'eau n'était pas saine pour l'esprit...Doh Umgi!
Je me suis attelé à la traduction d'un code étrange sur le mur, tâche qui m'a pris un certain temps. Ianvick étant parti se promener, le groupe était laissé à lui-même sans trop savoir où chercher ce fameux trésor. Je craignais qu'il ne s'agisse d'un genre de trésor philosophique dont les humains sont friands, "le pouvoir de l'amitié" ou une autre elferie du genre...
Le temps passait et il faisait soif, et toujours aucune piste. Le message que j'avais déchiffré ne laissait rien présager de bon. Mentions d'expériences, sacrifices de Sombre Seigneur y figuraient. Plus l'heure avançait, plus je partageais l'incrédulité de Roly concernant notre présence en ces lieux. C'est dire si la situation sentait la salade!
Lorsque est arrivé l'heure du repas, j'étais d'humeur morose. C'est alors que la Nagaï Fyrindel, servant de soigneuse au groupe, a proposé un concours de boisson! Voila enfin une activité intelligente, et de quoi montrer de quel métal sont faits les nains!
Ce fut une belle compétition, dont, à ma grande fierté, je ressortis vainqueur - Grom Gorog!
Après un tour à l'extérieur pour prendre l'air, je revins à la taverne et fut pris dans une conversation avec Fyrindel, traduite tantôt par Roly et tantôt par Safu. Sans rentrer dans les détails linguistiques, disons que la compétition s'est soldée par une double victoire pour moi, comme en attestait la Nagaï accrochée à mon cou...
C'est à partir de ce moment que les choses ont fini par mal tourner. Une Banshee arriva et à commença à rendre fou une bonne partie de nos gars, et il y eût des tensions avec les marins. Pour ma part, je sympathisai avec un dénommé Tarmad - et personne parlant le Nain ne peut avoir de mauvaises intentions!
Il y avait une histoire de concours, puis d'arène de combat, le tout tournant autour de ces pieux qu'on pouvait trouver un peu partout dans le Fort. J'avais transmis l'avertissement aux autres après avoir lu le message, il valait mieux se tenir éloigné de ces choses.
L'occasion vint enfin de faire chanter Vraccas lorsque des créatures attaquèrent les marins d'Eingoff. Sans notre aide, cela aurait tourné au carnage. Je sauvais la vie d'un de leurs guerriers en le tirant d'un cauchemar (jeté par la Banshee) grâce à la médecine naine: un bon coup sur la tête!
La porte du Fort restait fermée, malgré mes tentatives d'ouvrir un passage.
Malheureusement, et j'ai honte de l'admettre, mes capacités de combat ne valaient pas celles de la Légion, et je reçus de nombreuses blessures. la Banshee elle-même manqua de détruire mon âme, mais je fus chaque fois sauvé par Fyrindel. Lorsque la Banshee s'en prit à elle, il fallut près de quatre personnes pour me retenir d'aller enfouir Vraccas dans le crâne de cette maudite engeance! Kruti!
Nous passâmes la nuit à boire, Roly et moi, et au matin, j'appris que la Banshee avait une nouvelle fois tourmenté Fyrindel. Cette dernière informa tout le monde qu'il fallait convaincre la Banshee de partir en paix, et non la détruire. Je me rangeais à son avis, malgré mon propre désir de la voir détruite pour tout le mal occasionné.
La tension monta entre Eingoff et les Lames lorsque Fyrindel ne parvint pas à sauver l'un des leurs. Et certains eurent le culot de l'accuser d'avoir fait ça volontairement! Duvvelsheyss!
J'accompagnai Fyrindel et Safu lors du bannissement de la Banshee et assistait à son dernier cri. Les autres avaient appuyé un certain Seigneur Camu - dont j'ai peur d'ignorer à peu près tout - face à une créature prisonnière dans le Fort. Barud Khazad!
Il semblait que nous puissions enfin quitter les lieux, puis les habitants devinrent fous et nous attaquèrent. Je perdis mon bouclier dans la mêlée face à la guerrière muette. Mais ce fut pris entre un automate infernal et trois adversaires que je tombais finalement au sol, certain de rejoindre les Halls des Ancêtres.
Fyrindel me soigna et tenta de me lier les membres pour m'empêcher de retourner combattre, mais la leçon était apprise. Je fus porté vers la sortie et nous pûmes enfin quitter ce maudit Fort.
Tarmad nous avait rejoint, en ayant assez du comportement des marins d'Eingoff. Un des frères Stroff avait réussi à subtiliser le trésor et les Lames étaient victorieux.
Cependant, malgré les liens tissés lors de cette aventure, il me fallait voir les choses en face: j'avais encore beaucoup à apprendre.
Je décidai donc de rentrer et d'entamer une formation de Façonneur. Je serai plus utile aux Lames - et à moi-même - en étant plus instruit.
Traska Kal-Thora, dit Corrin"

___________________
Je ne crois que ce que je bois. Je ne bois que ce que je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lcdagn01.lebonforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comptes-rendu des joueurs   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comptes-rendu des joueurs
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nouveau membre
» infos diverses sur les grands joueurs
» Joueurs a l'essai
» Salaires de joueurs
» joueurs UNFP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Nos GN :: Nos GNs Effectués :: GN Les aléas mystérieux de l'écluse (18 et 19 mars 2017)-
Sauter vers: